Planet Nine n’existerait pas finalement

Planet Nine fait de nouveau parler d’elle, cette fois au travers d’une étude remettant en question son existence.

L’histoire commence en 2014. En observant l’orbite de plusieurs objets transneptuniens situés aux confins de notre système, deux astronomes ont repéré d’étranges comportements. Ils ont bien entendu pensé que ces corps se trouvaient sous l’influence gravitationnelle de notre étoile, mais ils ont très vite réalisé que c’était impossible compte tenu de la distance les séparant.

Planet Nine

C’est alors qu’ils ont commencé à évoquer la possible existence d’une neuvième planète située au-delà de la ceinture de Kuiper.

Planet Nine, une neuvième planète aux abords du système solaire ?

Très vite, la toile s’est embrasée, et ce en partie en raison de l’identité de ces deux astronomes. Michael E. Brown et Konstantin Batygin, les deux personnes à l’origine de cette hypothèse, ont toujours occupé une place particulière au sein de la communauté scientifique. Le premier est notamment connu pour avoir fait perdre son statut de planète à Pluton.

Par la suite, les deux chercheurs ont tenté de dresser le portrait robot de Planet Nine en se basant sur les données en leur possession. Ils ont alors imaginé une planète dotée d’une masse dix fois supérieure à celle de la Terre avec un diamètre entre deux et quatre fois plus important.

Les mois ont passé et Planet Nine a gagné en popularité. Se faisant, la planète a aussi été au coeur de nombreuses théories. Même la NASA a cru en son existence, c’est pour dire. Toutefois, cette neuvième planète n’a pas non plus fait l’unanimité et plusieurs études ont ainsi remise en question son existence.

Et c’est le cas de la dernière étude relayée par New Scientist (lien payant).

Des chercheurs originaires de la Pennsylvanie ont en effet utilisé les données du Dark Energy Survey, un programme de relevé optique mis au point pour l’étude de la matière noire, afin de déterminer si l’hypothèse d’une neuvième planète était réellement viable.

Aucun résultat avec le Dark Energy Survey

Pour mener à bien son projet, Pedro Bernardinelli, l’auteur principal de l’étude, a préféré partir d’une feuille blanche et faire ainsi abstraction de toutes les études précédentes. Et pour lui, l’expérience n’a pas vraiment été payante : “Nous n’aurions pas formulé l’idée de Planet Nine si nos données étaient les seules qui existaient”.

Des conclusions qui ne sont pas forcément très surprenantes. Ces derniers mois, les astronomes ont identifié beaucoup d’objets transneptuniens et donc beaucoup d’objets situés au-delà de l’orbite de Neptune. Et comme l’explique Samantha Lawler, une chercheuse travaillant  pour l’Université de Regina au Canada, la présence de ces objets tend à prouver que les abords du système cachent de nombreuses planètes naines.

Ce qui laisse du même coup peu de place pour une planète géante comme celle imaginée par Michael E. Brown et Konstantin Batygin.

Mais voilà, en matière de science, c’est la preuve qui prime et il est encore trop tôt pour tirer un trait définitif sur cette neuvième planète.