Une plante pour lutter contre les frelons asiatiques

Les frelons asiatiques progressent de plus en plus en France et rien ne semble pouvoir les arrêter. Rien, ou presque car des botanistes basés à Nantes se sont rendus compte que l’insecte avait la fâcheuse tendance à se faire dévorer par une plante carnivore, la Sarracenia. Elle pourrait donc nous aider à endiguer l’invasion.

A la base, le frelon asiatique est né en Inde et dans les montagnes de Chine mais il a été introduit dans l’hexagone par erreur en 2004. Personne ne sait ce qui s’est réellement passé mais beaucoup de gens pensent qu’il a passé la frontière en se cachant dans un conteneur rempli de poteries chinoises.

Frelon Asiatique

Une simple plante pourra-t-elle sauver nos abeilles du frelon asiatique ?

L’insecte n’est pas dangereux pour l’homme. Pas plus que son voisin européen, en tout cas.

Le frelon asiatique est un danger pour les abeilles

Pourquoi le chasser alors ? Pour une raison simple, en fait. Il a pris l’habitude de s’attaquer aux abeilles ouvrières. Problématique, d’autant que ces dernières jouent un rôle indispensable dans la survie des végétaux. Sans elles, les fleurs et les plantes ne pourraient pas se reproduire.

Rien qu’en Europe, les abeilles assurent le travail de pollinisation pour plus de 20 000 espèces de plantes différentes, dont 40% de légumes et de fruits.

Face à cette menace, les apiculteurs ont tenté différentes méthodes d’éradication pour protéger leurs ruches, sans succès. Le frelon asiatique est extrêmement résistant et il s’adapte aux pires conditions possibles. Même aux produits chimiques.

Comment une simple plante pourrait sauver les abeilles alors ?

En réalité, tout est parti de la découverte d’un botaniste travaillant pour le Jardin des Plantes de Nantes. Christian Besson s’occupe notamment des sarracénies, une plante carnivore originaire d’Amérique du Nord. Il a pris l’habitude d’ouvrir des feuilles pour les montrer au public et c’est ainsi qu’il est tombé sur des restes de frelons asiatiques à moitié digérés par les sucs gastriques de la plante.

Face à cette improbable découverte, le directeur du Jardin a contacté un chercheur du Musée d’Histoire Naturelle et ils se sont amusés à explorer le contenu de 200 plantes différentes. Ils ont trouvé en moyenne trois frelons par plante.

Fascinant, mais le meilleur reste à venir car la Sarracenia vise exclusivement cette espèce d’insecte. Les chercheurs ont retrouvé quelques mouches, c’est vrai, mais aucune abeille.

La plante a cependant ses limites et elle dévore en moyenne une cinquantaine d’insectes. Elle ne pourra pas éradiquer à elle seule le frelon asiatique.

La bonne nouvelle, c’est que des biologistes de l’IRBI (Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte) cherchent à déterminer la molécule produite par la plante. Lorsqu’ils seront parvenus à leurs fins, ils pourront élaborer des pièges pour capturer l’insecte et réduire son impact sur notre écosystème.

Via – Crédits Photo

Mots-clés botaniqueinsolite