PlayStation 5 : Le vendeur de plaques interchangeable poursuit son combat, malgré la frondre de Sony

C’est depuis le 19 novembre 2020 que la PlayStation 5 est disponible en France, un énorme succès pour Sony. Le constructeur nippon, qui cartonne depuis des années avec la gamme PlayStation, a enregistré énormément de précommandes en pleine pandémie. Résultat ? Des ruptures de stock partout, et une console encore difficilement trouvable, aujourd’hui, à un prix raisonnable. Bien évidemment, certains vendeurs en ont profité pour tirer leur épingle du jeu et s’enrichir. C’est le cas d’une entreprise appelée CMP Shells, qui proposait des coques interchangeables pour la PlayStation 5 appelées Custom Plates LTD.

Une situation qui n’a pas plu à Sony, menaçant de poursuites l’accessoiriste.

Crédits Sony

Mais malgré sa position difficile, CMP Shells affirme poursuivre son combat et honorer les commandes, explique IGN.

CMP Shells n’a que faire de son litige avec Sony

C’est un vendeur britannique qui agace Sony et appelé CMP Shells. Le tort de la société ? Vendre des coques interchangeables pour la PlayStation 5 avec la promesse d’une meilleure aération. L’homme a donc été menacé d’une poursuite par Sony, qui n’apprécie pas ces accessoires non-officiels. L’entreprise nippone souhaite que CMP Shells stoppe la commercialisation de ses produits.

Et si ce dernier avait, dans un premier temps, accepté la demande, c’est aujourd’hui la marche arrière.

CMP Shells annonce un retour des coques interchangeable et pense être dans une position parfaitement légale. Comme l’explique IGN, le site de la boutique en ligne affiche un message pour le moins… limpide.

Le brevet des coques interchangeables est en instance et toutes les commandes effectuées avant sa validation seront honorées. C’est un détail que nous ne connaissions pas avant. Nous le savons à présent. Ajoutons que nous n’avons pas recréé l’esthétique déposée par quelqu’un d’autre. Nos coques améliorent le principe de base des plaques officielles car elles proposent une meilleure aération. Nous pourrons toujours les vendre au même prix après validation du brevet.

CMP Shells pense donc être dans son bon droit avec ces coques déposées. Nul doute que Sony ne va pas tarder à contre-attaquer après sa menace, et l’affaire pourrait finir au tribunal. Un feuilleton à suivre entre une petite société et un mastodonte des nouvelles technologies.

On rappellera d’ailleurs que Dbrand compte lui aussi vendre ses propres plaques, et que la firme a déclaré à maintes reprises ne pas avoir peur des avocats de Sony.

Mots-clés PS5sony