PlayStation 5 : Phil Spencer, dirigeant de Xbox, donne son avis sur la DualSense (et les manettes en général…)

La PlayStation 5 est disponible depuis le 19 novembre dernier, en France. Une console conçue par Sony qui fût livrée avec sa fameuse manette DualSense. Si l’accessoire reprend le design des précédents modèles, il ajoute un retour haptique pour de nombreuses sensations, en jeu. C’est notamment le cas de Astro’s Playroom, sa vitrine, qui rend hommage à l’histoire de la PlayStation en apprenant aux joueurs à apprivoiser la DualSense. Mais qu’en pense donc la concurrence, comme Phil Spencer, dirigeant de Xbox, généralement très bavard à propos du marché vidéoludique ?

L’homme, qui révélait récemment ne pas apprécier la guerre des consoles et fanboys, a livré ses impressions sur la Dualsense chez The Verge.

La DualSense de la PS5

Crédits Sony

Phil Spencer a également évoqué les autres manettes de l’industrie, dont celle de la Xbox, et les différentes façons de proposer des expériences uniques.

Bon joueur, Phil Spencer félicite la DualSense

Phil Spencer cultive son image de good guy. Dans son interview, le dirigeant de Xbox félicite Sony pour sa DualSense et ajoute penser que toute l’industrie vidéoludique doit se tirer vers le haut en proposant de telles innovations. Pour le dirigeant de Xbox, en guise d’exemple, la Wii de Nintendo et sa Wiimote a impacté l’ensemble des acteurs du jeu vidéo avec sa proposition assez inédite, pour l’époque. En plus des manettes, Phil Spencer ajoute le Xbox Game Pass et sa nouvelle façon de distribuer les jeux vidéo doit également faire bouger les choses.

Phil Spencer pense que les acteurs du marché vidéoludique doivent rester à l’affût des prochaines technologies proposées pour les développeurs et joueurs. Pour ce dernier, cela concerne également les technologies dédiées à une machine en particulier (comme la réalité virtuelle avec le PSVR de Sony pour sa PlayStation 4). Phil Spencer précise que tout le monde « doit garder les yeux ouverts à propos de ça ».

Le dirigeant de Xbox souhaite que ses équipes « analysent tout ce que les autres entreprises font, pour en tirer les leçons puis aviser si nous voulons les intégrer à ce que nous créons ». Ce discours de Phil Spencer confirme la philosophie de la Xbox, qui ne s’impose pas comme souhaitant écraser totalement la concurrence mais bien une rivalité bénéfique pour tout le monde, véritable source de motivation.