PlayStation 5 : un CPU qui facilite la vie des développeurs

La PlayStation 5 ne sera pas présentée avant de longs mois, mais cela ne l’empêche pas de faire couler beaucoup d’encre. Et cette fois, c’est un développeur travaillant pour BoxFrog Games qui s’est laissé aller à quelques confidences concernant le CPU de la console.

Si la nouvelle console de Sony ne débarquera pas dans nos supérettes avant la fin de l’année prochaine, elle se trouve déjà en la possession de plusieurs studios de développement.

PlayStation 5

Crédits Unsplash

Elle, ou plutôt son kit de développement. Lancer une console sans un bon line up derrière est en effet une stratégie très risquée et c’est précisément pour cette raison que les constructeurs ont pris l’habitude de faire livrer des versions de développement aux gros éditeurs.

Une PlayStation 5 suffisamment puissante pour se passer de toute optimisation

Il semblerait que BoxFrog Games en fasse partie puisque Tim Ash, l’un des développeurs qui ont officié sur Lost Wing, a récemment évoqué le CPU de la console dans une diatribe enflammée à l’occasion d’une interview donnée à GamingBolt.

D’après le développeur, Sony aurait mis les petits plats dans les grands et le CPU de la console favoriserait grandement le développement des jeux. Cette fameuse puce supprimerait en effet de nombreuses restrictions concernant les calculs et elle serait suffisamment puissante pour éviter aux studios de développement un long et fastidieux travail d’optimisation.

Or justement, c’est cette fameuse puissance de calcul évoquée qui faciliterait la vie des développeurs puisque ces derniers n’auraient plus besoin de passer de longues heures à optimiser et alléger leur code.

La même pour la Xbox Scarlett ?

Si les réflexions de ce développeur visent uniquement la PlayStation 5, il peut être utile de rappeler que la Xbox Scarlett devrait elle aussi proposer un CPU extrêmement puissant. Ce qui vaut pour l’une vaut donc aussi – logiquement – pour l’autre.

Pour le reste, Tim Ash n’est évidemment pas rentré dans les détails et cela peut aisément se comprendre. Le développeur et son employeur ont très certainement dû signer une pile de NDA pour avoir le prime honneur de recevoir le kit de développement de la console. Et on imagine sans peine que Sony veille au grain afin de s’assurer que ses partenaires n’en dévoilent pas trop. Avec un succès d’ailleurs mitigé si l’on en croit les confidences faites au sujet du brevet de la console.

Mots-clés playstation 5sony