PlayStation Store : une action collective intentée contre Sony pour “monopole illégal”

Une action collective vient d’être intentée en justice contre Sony pour “monopole illégal”. En d’autres termes, il est reproché à l’entreprise encore japonaise de limiter la vente de jeux dématérialisés au PlayStation Store, lui permettant ainsi de pratiquer des tarifs bien plus élevés qu’en boutique.

Le PlayStation Store fait de nouveau l’actualité, mais pas pour les raisons auxquelles vous et moi serions tentés de penser, notamment sur le sujet des consoles PlayStation considérées comme appartenant au passé. Bloomberg rapporte en fait que Sony fait, depuis peu, l’objet d’une action collective intentée pour un “monopole illégal” exercé via le PlayStation Store.

Crédits Pixabay

Les plaignants reprochent à Sony Interactive Entertainment LLC de limiter la vente de jeux dématérialisés à son PlayStation Store. Le monopole évoqué permettrait donc au constructeur de fixer des prix (bien) plus élevés que ceux observables dans les boutiques.

Les jeux vendus sur le PlayStation Store seraient jusqu’à 175% plus chers qu’en boutique

Toujours selon la plainte, le tarif des jeux vendus sur le PlayStation Store serait jusqu’à 175% plus élevé que celui pratiqué en boutique.

“Le monopole de Sony lui permet de facturer des prix supra-concurrentiels pour les jeux PlayStation numériques, qui sont nettement plus élevés que leurs équivalents physiques vendus sur un marché de détail concurrentiel, et nettement plus élevés qu’ils ne le seraient sur un marché de détail concurrentiel pour les jeux numériques”.

Cela fait maintenant plus de deux ans, depuis le 1er avril 2019 plus exactement, qu’il n’est plus possible d’acheter des jeux dématérialisés PlayStation autrement que sur la plate-forme en ligne de Sony. À l’époque, un porte-parole de Sony avait expliqué que cette décision découlait d’une volonté “d’aligner les activités clés au niveau mondial”. Il demeure malgré tout possible de se procurer via des détaillants des contenus téléchargeables, des passes saisonniers et, plus largement, du crédit pour alimenter son porte-monnaie virtuel.

Les joueurs sont-ils une majorité à se plaindre de cette restriction commerciale ? Étant donné qu’elle leur permet d’accéder aux jeux de leur choix rapidement et directement depuis leur console, le principal effort ici étant celui de réunir l’argent nécessaire, on peut s’autoriser à penser qu’une certaine frange d’utilisateurs y trouve son compte. Tant pis pour eux ?