Plus besoin de régime avec la bactérie E. coli !

L’obésité est un véritable fléau qui touche des millions de personnes à travers le monde. Cette maladie est même considéré par certains médecins comme une véritable pandémie, l’infection en moins. Rien de surprenant à cela puisqu’elle provoque la mort de milliers de personnes chaque année. Fort heureusement, de nombreux chercheurs travaillent sur des traitements pour venir en aide aux personnes qui en souffrent.

Les obèses n’ont jamais eu bonne presse, c’est un fait indéniable. A la renaissance, les gens souffrant d’un fort embonpoint étaient très souvent considérées comme des personnes paresseuses et inutiles.

Régime E. coli

La bactérie E. coli pourrait nous aider à lutter contre l’obésité.

L’époque des Lumières n’a pas été plus tendre avec eux puisque l’obésité était alors associée à la lourdeur et à la mollesse.

L’obésité fait des milliers de morts chaque année

Fort heureusement, la situation a un peu changé depuis. S’ils font toujours l’objet de moqueries, les obèses ne sont plus considérés comme des incapables et de nombreux médecins travaillent ainsi sur des traitements afin de leur venir en aide.

C’est notamment le cas du docteur Lynnette McCluskey, du département de neurosciences du Medical College of Georgia aux Etats-Unis.

En effectuant des recherches sur la bactérie E. coli, cette chercheuse a effectivement découvert qu’elle pouvait avoir un impact considérable sur l’appétit et plus précisément sur le sentiment de satiété.

Si vous ne la connaissez pas encore, alors sachez que cette bactérie intestinale a été découverte en 1885 par Theodor Escherich et elle compose environ 80 % de notre flore intestinale. Elle est notamment connue pour ses effets pathogènes puisqu’elle peut entrainer des gastro-entérites, des infections urinaires, des méningites ou même des septicémies.

Elle est assez dangereuse, donc, mais le docteur McCluskey a découvert qu’elle pouvait aussi avoir de nombreux bienfaits.

Après avoir enlevé les toxines de ces bactéries, la chercheuse les a implanté dans les intestins de plusieurs souris. Elle a ensuite observé les rongeurs durant plusieurs jours afin de déterminer si l’opération avait un impact sur leur comportement et elle s’est rendus compte que la plupart des cobayes avaient perdu leur appétit suite à l’opération.

Les bactéries E. coli ont un impact sur le sentiment de satiété

En effectuant ses analyses poussées, elle s’est rendue compte que les bactéries E. coli avait un impact direct sur la sécrétion de leptine.

Cette hormone digestive est assez particulière car elle régule les réserves de graisses dans l’organisme et elle influe sur l’appétit en contrôlant la sensation de satiété. A la base, elle est sécrétée par plusieurs tissus différents et notamment par l’estomac, le muscle squelettique et la moelle osseuse, sans oublier les tissus adipeux.

Il reste encore de nombreuses questions en suspens, bien sûr, mais ce n’est pas la première fois que des chercheurs examinent cette piste pour lutter contre l’obésité. En janvier, des chercheurs américains ont même présenté une pilule contenant des matières fécales pour régulier le microbiote de patients en surpoids.

En attendant, si vous voulez en savoir plus sur le sujet, vous pouvez vous rendre à cette adresse pour lire le rapport de l’expérience.