Plusieurs applications pour tracer les cas COVID-19 deviennent connectées en Europe

La pandémie de COVID-19 frappe encore le monde alors que plusieurs villes de France sont placées sous couvre-feu depuis le 16 octobre, n’autorisant la circulation qu’avec une attestation. Une sorte de semi-confinement après celui survenu peu avant l’été pour freiner le virus. Pour empêcher sa propagation, le gouvernement français demande à tous les citoyens de porter un masque, d’éviter les rassemblements, appliquer les gestes arrière et se faire dépister. L’État a également développé une application servant à tracer les cas contacts, en entrant sa sérologie, appelée StopCovid – et prochainement Tous Anti-Covid.

D’autres pays européens ont fait le choix d’applications de traçage, comme l’Italie, l’Irlande ou l’Allemagne.

Une femme portant un masque pour se protéger du coronavirus

Photo de Juraj Varga. Crédits Pixabay

La Commission européenne annonce aujourd’hui la connectivité entre les applications de ces pays.

L’Europe renforce sa lutte contre le COVID-19

Les applications de traçage ne sont pas forcément populaires, StopCovid en est le parfait exemple, mais les gouvernements comptent sur ces dernières pour trouver les cas contacts et contenir la pandémie.

Et comme l’annonce la Commission européenne, plusieurs pays du Vieux Continent vont fusionner leurs applications. L’Allemagne avec Corona-Warn-App, Immuni pour l’Italie et COVID tracker pour l’Irlande.

Des applications téléchargées près de 30 millions de fois qui seront donc connectées, partageant les données et permettant aux citoyens de ne télécharger qu’une seule fois l’une d’elles. En levant les frontières, Thierry Breton, de la Commission européenne, précise que les données seront chiffrées et anonymes. De quoi rassurer les plus inquiets quant à cette connectivité entre plusieurs pays et la possible violation d’une donnée sensible comme la sérologie. Plusieurs pays vont rejoindre l’Allemagne, l’Italie et l’Irlande dans cette connectivité des applications.

On trouvera l’Espagne, la Lettonie, la République tchèque et le Danemark, puis d’autres dans les semaines à venir. La France ne devrait pas rejoindre cette liste, StopCovid ne reposant pas sur l’API de Google (Android) et Apple (iOS).

Depuis son lancement, StopCovid n’est pas vraiment une réussite. L’application compte seulement 2,6 millions d’utilisateurs, sur 66,9 millions de Français. Seulement 7969 de signalements ont eu lieu avec 427 notifications pour les personnes alentour, potentiellement en contact avec le virus. Avec son changement de nom pour Tous Anti-Covid, l’application aura la lourde tâche d’être plus largement adoptée.

Mots-clés europeStopCovid