Podcast Addict est de retour sur le Play Store

Podcast Addict est une application extrêmement populaire sur Android et cela n’a rien de surprenant car elle permet aux utilisateurs de retrouver leurs podcasts vidéos et audio ainsi que leurs radios préférées au sein d’une seule et même application. Elle compte des millions de fans à travers le monde mais cela ne l’a pas empêché de se faire taper sur les doigts par les équipes du Play Store.

Et encore, c’est un doux euphémisme car l’application a carrément été supprimée de la boutique. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle ne respectait pas les conditions d’utilisation fixées par la firme.

Retour podcast Addict

Podcast Addict est de retour sur le PlayStore.

Selon Google, Podcast Addict aurait effectivement diffusé des contenus… sexuellement explicites.

Podcast Addict aurait diffusé des contenus sexuellement explicites

Comment est-ce possible ? En réalité, la réponse est simple. Comme le développeur de l’outil l’explique lui-même sur son fil Twitter, l’outil récupère automatiquement certaines données liées aux podcasts pour les présenter et pour les mettre ainsi en valeur.

Des données comme leur titre, leur résumé ou encore… leur illustration.

Et tout le problème est là finalement car l’application ne vérifie pas la teneur de ces informations avant de les faire apparaître. Une image coquine s’est donc glissée dans l’annuaire et les équipes du Play Store ont décidé de sévir en suspendant temporairement l’outil.

Il faut avouer que c’est assez ironique puisque le contenu en question n’était pas directement hébergé sur la plateforme et c’est finalement un peu comme si on interdisait les navigateurs web parce qu’ils peuvent afficher des contenus pornographiques.

La comparaison n’est d’ailleurs pas de moi mais de Xavier Guillemane, le concepteur de l’application.

Tout est rentré dans l’ordre depuis

Fort heureusement pour lui, et aussi un peu pour nous, Google a finalement décidé de faire marche arrière et l’application est de nouveau disponible sur la boutique de la firme.

Si l’aventure vous tente, il suffit d’ailleurs de suivre ce lien pour la télécharger et l’installer dans la foulée.

Il faut tout de même noter que Google n’est pas le seul à faire preuve d’un certain puritanisme. Facebook impose exactement les mêmes règles de son côté. Le célèbre réseau social fait d’ailleurs souvent preuve d’un peu trop de zèle et nous en avons encore eu l’exemple récemment avec cette surprenante expérience menée par une émission de France 2.

Oui, et ça arrive plus souvent qu’on le croit. Tenez, par exemple, hier, en fouinant sur la plateforme, votre humble serviteur est tombé sur une photo présentant le cadavre d’un enfant.

Un cadavre brûlé et déchiqueté. J’ai évidemment signalé la photo et Facebook m’a répondu ce matin en me disant qu’il avait bien pris ma demande en compte mais que cette image respectait parfaitement les conditions d’utilisation de la firme.

Et à côté de ça, elle supprime tout ce qui est en lien avec le nu artistique. Logique, non ?