Les points de retournement climatiques préoccupent les scientifiques

Pour mieux comprendre le phénomène du réchauffement climatique, des scientifiques du Global Systems Institute à l’Université d’Exeter au Royaume-Uni ont réalisé des études sur les variations climatiques. Les résultats de leurs investigations révèlent que la température terrestre augmente au point d’atteindre des sommets de renversements.

Changements climatiques

Un point de basculement constitue une hausse de la température mondiale qui conduit un système météorologique localisé, ou élément de basculement (forêt amazonienne, calotte glaciaire du Groenland), à décliner de manière irréversible. Malheureusement, la situation climatique actuelle est inquiétante et des mesures doivent être prises.

Tim Lenton, directeur du Global Systems Institute à l’Université d’Exeter au Royaume-Uni, a été le principal auteur de l’étude. Les diverses conclusions des recherches figurent dans la revue Live Science.

Les points de basculement sont plus proches qu’il n’y parait

Les chercheurs ont identifié 16 éléments de retournement qui ont potentiellement atteint leur point de non-retour si la température planétaire augmente de 2,7 degrés Fahrenheit. Parmi ces facteurs figurent les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique occidental, le pergélisol arctique, les récifs coralliens tropicaux et un courant océanique dans la mer du Labrador. D’après les scientifiques, ces éléments sont dans la zone de danger, ce qui signifie qu’ils approchent rapidement de leurs points de basculement.

Des estimations antérieures prévoyaient que les points de basculement ne seraient atteints que si la température terrestre augmente de 3,6 degrés Fahrenheit, laissant l’humanité se préparer au changement. Cependant, l’étude suggère une accélération dudit processus. Les chercheurs pensent donc qu’il existe une corrélation entre les centres de basculement. Ainsi, la chute d’un d’entre eux pourrait augmenter la probabilité de l’effondrement d’un autre.

« Depuis ma connaissance des points de basculement climatiques, j’ai remarqué qu’ils ont largement augmenté et leur impact également. »

Tim Lenton, directeur du Global Systems Institute à l’Université d’Exeter au Royaume-Uni

L’heure est à la prise de conscience

Vu l’urgence de la situation, des mesures strictes doivent être prises. En premier lieu, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet serre avant d’enclencher des catastrophes en chaine irréversibles. Pour accélérer les choses, les chercheurs estiment qu’il faut un point de basculement social.

Il s’agit d’un seuil spéculatif dans l’opinion publique qui, une fois atteint, obligera les gouvernements et les grandes entreprises à prendre des mesures climatiques drastiques. La seule contrainte est qu’il faut atteindre ce sommet avant que les points de basculement climatique ne soient dépassés.

SOURCE : LIVESCIENCE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.