Pokémon Épée/Bouclier : Nintendo et The Pokémon Company ont trouvé le responsable des fuites

Le prélancement de Pokémon Épée et Bouclier a été problématique pour ses géniteurs avec notamment la fuite de nombreuses données qui se sont ainsi retrouvées en libre accès sur la toile. Nintendo et The Pokémon Company ont depuis trouvé le coupable et pris les dispositions jugées adéquates.

Pokémon Épée et Bouclier, premier véritable épisode Switch décliné, comme d’habitude, en deux versions, est sorti mondialement le 15 novembre 2019. Mais avant cela, début novembre, des internautes bien informés avaient pu découvrir des clichés du jeu révélant la présence de Pokémons inédits.

(capture d’écran)

Autant dire que ces fuites n’avaient pas du tout été du goût de Nintendo et The Pokémon Company, et ces deux parties s’étaient alors rapidement mises en quête d’en trouver le coupable. Dans un communiqué rapporté par VG247, elles expliquent avoir “rapidement identifié la personne responsable de ces fuites et pris des actions immédiates”.

Fuites liées à Pokémon Épée et Bouclier : le coupable appartenait à la presse

“Ces Pokémons ont été divulgués par un testeur du site portugais FNintendo, qui avait reçu une première copie du jeu à des fins de test”, indique le communiqué. “FNintendo et lui ont failli à gérer du matériel confidentiel, ce qui a entraîné une violation claire de l’accord de confidentialité entre Nintendo et le média. En conséquence, Nintendo ne travaillera plus avec FNintendo.

Nintendo protégera toujours sa propriété intellectuelle et ses marques. Les fuites ne nuisent pas seulement à Nintendo, mais [aussi] aux milliers d’employés qui travaillent dur pour commercialiser des jeux, et aux millions de fans du monde entier qui attendent avec impatience des nouvelles et des surprises.”

Le site concerné s’est lui aussi exprimé sur cette affaire et a déclaré avoir coupé les ponts avec le critique incriminé.

FNintendo a également présenté ses excuses à Nintendo et The Pokémon Company pour le préjudice ainsi causé. On se doute que cette démarche intervient bien trop tardivement pour regagner une confiance perdue après onze ans de bons et loyaux services échangés.

Mais peut-être que le site regrette réellement d’avoir fauté de la sorte, et d’avoir donc possiblement, en conclusion de cette histoire, voulu faire profil bas devant des géants qui lui tournent désormais le dos.