Pokémon Go rend dingues les militaires canadiens

C’est en 2016 que le phénomène Pokémon Go s’est abattu sur le monde. Un jeu disponible gratuitement sur mobile, reposant sur les micro-transactions pour assurer sa pérennité financière, et misant sur la réalité augmentée. C’est à travers le prisme du smartphone que les créatures de Nintendo apparaissent dans la vie réelle, ces derniers affichés dans les éléments capturés par l’appareil photo. Très rapidement, le succès fût colossal avec des millions de téléchargements et revenus records pour Niantic. Malheureusement, bien des dérives sont nées suite à la popularité du titre.

Des dérives toujours présentes aujourd’hui puisqu’après quatre ans d’existence, Pokémon Go est toujours aussi populaire – même si moins discuté.

Triche Pokémon Go

Crédits Pixabay

Et ce sont de nouveaux problèmes auxquels font face des bases de l’armée canadienne, comme nous l’explique CBC.

L’armée canadienne dépassée par le phénomène Pokémon Go

Selon CBC, donc, des documents internes de l’armée canadienne révèlent que Pokémon Go pose toujours autant problème. Il faut dire que des civils s’introduisent régulièrement dans les bases du pays pour capturer des créatures ou faire un arrêt dans un PokéStop, PokéGym, etc.

Dans l’un des mails, Jeff Monaghan, major à Kingston, explique qu’il faut avertir la base de Fort Frontenac que des joueurs pourraient s’infiltrer. L’homme précise tout de même, après avoir évoqué les PokéStop et PokéGym, qu’il n’a aucune idée de quoi il s’agit.

Toujours plus loin, des agents de la police militaires rôdent désormais dans les bases avec un smartphone pour noter les PokéStop et PokéGym présents. L’un des membres de la sécurité ajoute même dans un mail qu’il “faudrait recruter un jeune de douze ans pour nous venir en aide”. Une petite blague qui montre bien que les autorités canadiennes sont dépassées par un jeu qui, quatre ans après sa sortie, est toujours aussi populaire.

Et c’est justement cette popularité qui aura été à l’origine d’un incident dans l’une des bases canadiennes. Une famille a été surprise en train de jouer à Pokémon Go tandis que les enfants étaient sur un char d’assaut. D’autres problèmes ont été répertoriés dans d’autres bases. Un vrai souci pour l’armée canadienne qui, dans ses mails, prend la situation avec un peu d’humour.