Pornbub dans le collimateur des libéraux québécois

Depuis plusieurs mois, Pornhub est la cible de nombreuses attaques. En février 2020, l’organisation de lutte contre le trafic sexuel Exodus Cry l’a accusé d’héberger des vidéos de viols sur mineur. Cela a abouti à la naissance du mouvement #TraffickingHub qui exige la fermeture du site pornographique.

C’est maintenant au tour du Parti libéral du Québec de s’en prendre au géant du divertissement pour adulte. Comme le rapportent nos confrères du site Huffington Post, les libéraux québécois ont réagi suite à la publication d’un article par le New York Times. Dans ses colonnes, le quotidien a mis en évidence l’existence des vidéos de viols et d’exploitation sexuelle d’enfants qui ont été postées sur la plateforme.

Le ventre d'une femme dans la pénombre
Crédits Pixabay

Pour le Parti libéral du Québec, cet article entache la réputation « du Canada, du Québec et de la ville de Montréal. » Il est à noter que Pornhub a élu domicile à Montréal.

Une situation qui ne peut plus durer

D’après les libéraux québécois, cette situation « intolérable, scandaleuse et choquante » ne peut plus durer. Pour faire entendre leur voix, ils ont interpellé Geneviève Guibault, la ministre de la Sécurité publique du Québec.

Le Parti libéral du Québec pense qu’il faut appliquer l’article 5 du Rapport de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs pour sanctionner Pornhub. Les membres de ce parti invitent le gouvernement québécois à faire intervenir des experts qui auront un mandat pour « produire un avis concernant la présence de pornographie juvénile sur des sites liés à des entreprises enregistrées au Québec et les mesures mises en place pour la prévenir et la réprimer. »

A lire aussi : Pornhub, Jacquie et Michel et les autres bientôt déréférencés ?

Pornhub se défend

Les libéraux québécois ont demandé au Premier ministre fédéral Justin Trudeau de « lancer une enquête sur Pornhub et de prendre les mesures coercitives qui s’imposent pour avoir hébergé des vidéos démontrant des crimes sexuels de masse comme le viol, la traite, la maltraitance et l’agression d’enfants. » Voyant que l’étau se resserre autour de lui, Pornhub a publié un communiqué dans lequel il dément toutes ces accusations.

« Nous avons une tolérance zéro pour les contenus d’agressions sexuelles envers des enfants. Pornhub est résolument engagé dans la lutte contre ces contenus et a institué une politique de confiance et de sécurité de pointe pour identifier et éliminer les contenus illégaux de notre communauté. »

A lire aussi : Pornhub lance un album pour Noël

Reste à savoir si ces déclarations suffiront à faire taire tous ses détracteurs.

Mots-clés pornhub