Pornhub de nouveau dans la mouise

Pornhub fait face à une nouvelle plainte. Elle a été déposée le jeudi 17 juin en Californie par 34 femmes. Elles accusent le site et son propriétaire d’avoir sciemment mis en ligne des vidéos dépeignant des viols et des abus sexuels, notamment sur des personnes mineures. Une affaire rapportée par nos confrères de l’AFP.

Les faits reprochés à Pornhub sont extrêmement graves. Les avocats représentant les plaignantes désignent en effet Mindgeek comme une entreprise criminelle dont le modèle économique repose sur l’exploitation sexuelle des personnes les plus fragiles.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre
Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Ils lui reprochent ainsi d’avoir délibérément diffusé des contenus sexuels non consensuels et illégaux, mais aussi d’en avoir directement tiré profit.

Pornhub fait l’objet d’une nouvelle plainte

Pire encore, parmi les plaignantes, quatorze déclarent avoir été mineures au moment des faits. Elles estiment donc être des victimes de “la traite sexuelle des enfants”. Une traite dont aurait directement bénéficié la plateforme et l’entreprise à laquelle elle appartient.

Une des plaignantes a accepté de témoigner à visage découvert pour raconter son histoire.

Elle a ainsi expliqué avoir appris en 2014 l’existence d’une vidéo hébergée sur Pornhub, une vidéo dans laquelle elle apparaissait. A l’époque des faits, elle n’avait que 13 ans et son petit ami de l’époque l’avait obligée à avoir des rapports sexuels avec lui. Il avait alors tourné une vidéo d’elle, pour la partager ensuite sur la plateforme. Le titre de la vidéo ne laissait d’ailleurs planer aucun doute sur son contenu.

Elle faisait en effet allusion à une “brunette de 13 ans”.

Des contenus qui mettaient en scène des personnes mineures

Toujours d’après cette plaignante, elle aurait adressé plusieurs messages aux modérateurs de la plateforme pour faire retirer la séquence. En pure perte, puisque cette dernière serait restée en ligne. Du moins jusqu’à ce qu’elle se fasse passer pour sa propre mère. Et encore, Pornhub avait eu besoin de plusieurs semaines pour bloquer définitivement la vidéo.

Des semaines durant laquelle la séquence a continué à engranger des vues, rapportant du même coup de l’argent à Mindgeek, le propriétaire du site.

Les avocats des plaignantes précisent également dans la plainte que Mindgeek n’est pas un petit acteur du marché et qu’il détient à lui seul certains des plus gros sites spécialisés du web. Des sites qui génèrent des milliards de visites et qui lui rapportent énormément d’argent.

De son côté, l’accusé réfute toute velléité criminelle et il juge les qualificatifs utilisés par les avocats “totalement absurdes”.

Des accusations extrêmement graves

Il faut néanmoins rappeler que cette affaire est loin d’être la première pour Pornhub. L’année dernière, une enquête menée par le New York Times avait révélé la présence de nombreux contenus illégaux au sein du catalogue du site. Visa et MasterCard avaient d’ailleurs révoqué les contrats passés avec l’entreprise.

Acculé, le site avait donc supprimé tous les contenus partagés par les utilisateurs non enregistrés, soit une bonne partie de son catalogue. Il avait aussi reconnu ses erreurs, tout en promettant la mise en place de davantage de garde-fous à l’avenir.

Ce qui n’a cependant pas empêché plusieurs victimes du studio Girls Do Porn de porter plainte contre le site.

Mots-clés nsfypornhub