Pornhub demande l’immunité dans une affaire de viol présumé

Décidément, Pornhub ne sait plus où donner de la tête. Le site de diffusion de vidéos pornographiques fait effectivement face à de nombreuses plaintes et enquêtes pour avoir permis la diffusion de vidéos de viols, d’abus et d’agressions sexuelles.

Une des victimes, Jeanette Westbrook, a demandé au Canada de prendre des mesures contre Mindgeek, la société-mère de Pornhub. 34 autres femmes ont également déposé une plainte contre Pornhub en Californie pour avoir sciemment mis en ligne des vidéos de viols et d’abus sexuels – notamment sur des mineures.

Pornhub sur un smartphone
Crédits Shane Uchi – Unsplash.com

Mais la liste des accusateurs de Pornhub ne s’arrête pas là puisque le représentant de l’Etat du Texas, Matt Krause, a également demandé à ce qu’une enquête soit menée sur Pornhub et Mindgeek. Si l’on imagine bien que Pornhub a du pain sur la planche et beaucoup de feux à éteindre, une nouvelle plainte vient de se rajouter à la liste précédente.

Pornhub aurait transgressé plusieurs lois

En effet, le site Al.com nous rapporte qu’une adolescente originaire de l’Alabama et une autre jeune fille de la Californie ont déposé une plainte en février. D’après la jeune fille de l’Alabama, elle avait été violée et la vidéo du viol a atterri sur le site de Pornhub. Les deux jeunes filles affirment que Pornhub a violé un certain nombre de lois, dont la loi sur la réutilisation de la protection des victimes de la traite.

Cette loi permet aux victimes de poursuivre des entités devant un tribunal civil et plus précisément « une entreprise qui aurait dû savoir qu’elle s’était livrée à une violation, notamment qu’un acte impliquant un enfant de 18 ans ou moins constitue une violation » précise la plainte. L’adolescente a expliqué qu’en 2018, un homme du Tuscaloosa l’a droguée et violée et qu’il avait partagé la vidéo de son viol sur Pornhub.

Pornhub rejette toute responsabilité dans cette affaire

Néanmoins, de son côté, Pornhub a demandé le mercredi 07 juillet 2021 à un juge fédéral de Birmingham de rejeter l’action en justice intentée par l’adolescente qui l’accuse d’avoir diffusé une vidéo de son vol présumé. Pour sa défense, Pornhub affirme que l’entreprise est à l’abri de toute responsabilité pour ce que des tiers publient sur sa plateforme.

En effet, la société a affirmé que l’article 230 confère « une large immunité de responsabilité pour le contenu publié sur ses sites Web par des tiers », ajoutant que « les tribunaux fédéraux ont toujours jugé dans des circonstances similaires que de telles réclamations contre des sites Web pour possession de pornographie juvénile sont interdites par l’article 230 ».

Reste à savoir quelle décision la justice rendra. En tout cas, outre des dommages pécuniaires non spécifiées, les plaignantes demandent aussi à ce que Pornhub développe des mesures pour identifier et supprimer la pornographie juvénile sur ses sites.

Mots-clés nsfypornhub