Pornhub toujours attaqué par Exodus Cry

Pornhub est empêtré dans une sale histoire depuis la fin de l’année dernière, date à laquelle le New York Times a révélé la présence de nombreux contenus illicites et illégaux au sein de son catalogue. Comme des vidéos non consensuelles ou encore des séquences mettant en scène des personnes mineures.

Très vite, le géant du divertissement pour adultes a fait face à une véritable levée de boucliers de la part des internautes.

Le ventre d'une femme dans la pénombre
Crédits Pixabay

En parallèle, de nombreuses associations sont également montées au créneau afin d’exiger que Mindgeek, propriétaire des lieux, rende des comptes devant la justice.

Pornhub dans la tourmente

Parmi ces associations se trouve l’organisation Exodus Cry, une organisation au passé assez trouble.

D’après les informations qui étaient disponibles sur le site de l’association à son lancement, Exodus Cry trouve ses origines en 2007 au sein d’un groupe de prières hebdomadaire fondé par Benjamin Nolot, un cinéaste et membre de la Christian Internationale House of Prayer, un groupe évangéliste chrétien basé à Kansas City.

Toujours en poste, il occupe actuellement le poste de PDG de l’organisation, mais il a toujours clamé que son association n’était nullement affiliée à l’église. Reste que si l’on en croit l’enquête menée par le Daily Beast, l’organisation a bien des liens avec cette dernière.

Mais d’où vient l’association Exodus Cry ?

Toujours est-il que c’est en février 2020 que Exodus Cry s’est retrouvé sous les feux des projecteurs, lorsque Laila Mickelwait – une membre de l’organisation – a lancé une pétition demandant la fermeture du site pour adultes Pornhub. Pétition qui a rencontré un franc succès et qui a été signée par plus de 2 millions de personnes à travers le monde.

C’est plus ou moins à cette période qu’a été lancée la campagne #Traffickinghub, une campagne initiée par Laila Mickelwait et parrainée par le National Center on Sexual Exploitation. Avec un objectif bien précis, lutter contre la pornographie.

La suite de l’histoire, vous la connaissez déjà. Quelques mois à peine après le lancement de cette campagne, le Times a sorti son article et Pornhub s’est pris ce qui est sans doute la plus grande gifle de toute son histoire. Face à la situation, le géant n’a pas eu le choix et il a donc supprimé une bonne partie de son catalogue avant d’annoncer de nouvelles mesures drastiques.

#Traffickinghub, une campagne toujours très active

Exodus Cry, de son côté, ne semble pas avoir été convaincu par la stratégie de Pornhub. La campagne #Traffickinghub se poursuit toujours sur les réseaux sociaux, avec un succès difficile à ignorer. Chacune des vidéos mises en ligne totalise des dizaines de millions de vues et il en va de même pour toutes les publications de l’organisation.

En France, on semble d’ailleurs prendre le problème très au sérieux. Le mois dernier, le CSA a en effet exigé de huit sites pornographiques de mettre en place un système de vérification de l’âge. Parmi les sanctions possibles évoquées se trouve l’habituelle amende, mais aussi le blocage de ces plateformes en France.

Blocage qui ne devrait cependant avoir qu’un impact limité, les pouvoirs publics ayant pris l’habitude de s’appuyer sur les DNS des opérateurs. DNS facilement modifiables.

Mots-clés pornhub