Le porno comme vous ne l’avez jamais vu

Proposer du porno inclusif et féministe. Voilà un défi auquel la réalisatrice Anoushka s’est lancée afin de montrer une autre facette du milieu très stéréotypé de la pornographie.

Anoushka veut être le fer de lance d’un mouvement de femmes pour un porno de nouvelle génération. Elle prône la production de contenus adultes plus humanistes et plus sensibles. Ses films mettent en valeur les grands oubliés de l’industrie de la pornographie, notamment les handicapés et les femmes de plus de 50 ans. En faisant cela, la réalisatrice veut briser les tabous et changer les mentalités sur la perception des films inclusifs et féministes. Dans cette perspective, Anoushka propose même de l’accompagnement sexuel dans Vivante, son nouveau film pornographique. La réalisatrice milite pour faire de ce genre d’assistance un service accessible à tout le monde. À noter que dans des pays comme l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Suisse, ce service est tarifé, alors qu’en France, il est interdit.

Crédits Pixabay

La question de l’accompagnement est un sujet auquel la cinéaste tient à coeur, car elle souffre d’une maladie chronique non apparente. La sexualité lui a permis de mieux s’accepter.

Des actrices engagées

Le nouveau film d’Anoushka met en scène une relation passionnelle entre Lou et Charlotte. La première a été victime d’un accident de vélo, l’ayant fait perdre sa mobilité. Ayant perdu tout intérêt pour le plaisir charnel, elle essaie de remédier à ce problème en sollicitant les services de Charlotte, une assistante sexuelle.

Romy Furie Alizée campe le rôle de Lou. Réalisatrice et photographe, elle porte haut les valeurs du féminisme. Bertoulle Beaurebec interprète quant à elle Charlotte. Son nom est associé à la création du manifeste Balance Ton Corps.

Une distribution qui n’est pas anodine. En effet, Anoushka a pris le soin de sélectionner des performeuses militantes et engagées pour sa cause.

Exposer la sexualité des femmes seniors

Le culte de la performance caractérise l’industrie de la pornographie.

Les militantes du porno inclusif et féministe veulent déconstruire cette réalité « en donnant de la visibilité » au sexe après 50 ans. C’est ainsi que le film Une Dernière Fois a été créé. Signé Olympe de G., celui-ci montre l’ultime acte sexuel d’une sexagénaire. Le porno possède une vision très caricaturale de la femme senior. Une perception que la réalisatrice veut changer.