Porsche réussit le test de pistons imprimés en 3D pour sa 911 GT2 RS

Depuis les années 90, le célèbre constructeur allemand de voitures sportives, Porsche, se sert de l’impression 3D, afin de créer des pièces ou de réaliser des prototypes. Cette fois, la firme nous annonce la mise au point de pistons imprimés grâce à cette méthode, pistons destinés à intégrer sa fameuse 911 GT2 RS.

Après une longue conception, suivie d’innombrables heures de construction et de tests, ces pistons imprimés en 3D ont été validés par la firme.

Crédits Pixabay

Après les résultats des différents tests réalisés, Porsche a précisé que  ce nouveau piston est plus léger et plus robuste par rapport aux pistons forgés selon une méthode classique.

Un processus particulièrement minutieux, mais très pratique

La création de ce tout nouveau genre de piston a débuté par une refonte complète, qui a bien entendu pris en compte les avantages qu’offre l’impression 3D. Des matériaux et éléments jugés inutiles ont donc été supprimés, d’autres ont été ajoutés.

Un conduit de refroidissement et des buses spéciales à double jet d’huile ont ainsi  pu être intégrés dans la structure des pistons. Porsche indique que tout cela n’aurait pas été possible avec les procédés d’usinage ou de coulage classique.

Créé grâce à une imprimante 3D laser Trumpf TruPrint 3000, chaque piston comporte 1 200 couches d’alliage à base d’aluminium propriétaire M174+ fondu, faisant chacune entre 0,02 et 0,1 millimètre d’épaisseur.

Le fait que ce procédé puisse être réalisé par lots arrange vraiment la tâche, car la fabrication d’un seul piston avec cette méthode demande quand même 12 bonnes heures.

À lire aussi : Readily3D développe un système d’impression 3D ultra rapide

Une série de tests intensifs, réussie par ces pistons imprimés en 3D

Après avoir été imprimés en 3D, six pistons de ce genre ont été placés dans le moteur six cylindres à plat turbocompressé de 3,8 litres des 911 GT2 RS, dans le but d’entamer les essais d’endurance.

Ces pistons ont par la suite été mis à l’épreuve, simulant une vitesse élevée (250 km/h), sur l’équivalent d’une distance de 6000 kilomètres. Par la suite, les pistons ont été testés durant 135 heures à pleine charge, puis pendant 25 heures à vitesse variable.

Après 200 intenses heures de tests, les résultats obtenus étaient concluants et Porsche indique que chacun des pistons imprimés en 3D est conforme aux critères attendus.

Toutefois, l’entreprise annonce que ce procédé de fabrication est encore en plein stade de développement. Aucun plan de production officielle n’a donc été annoncé pour le moment.

À lire aussi : Dubaï abrite la plus grande construction réalisée grâce à une imprimante 3D