Porté par l’excellente performance de sa division PlayStation, Sony signe un trimestre record

PlayStation à la fête, Xperia en queue de peloton. Dans ses derniers résultats trimestriels, Sony peut encore une fois se frotter les mains sur le secteur du jeu vidéo… à défaut de pouvoir le faire sur le marché du smartphone. La firme, qui vient de lancer son Xperia XZ3 (nous avions eu l’occasion de le prendre en mains durant l’IFA), peine toujours à consolider ses positions sur la téléphonie mobile, mais ne semble pas trop souffrir de cette lacune, d’autant que les premières retombées générées par le (quasi) rachat d’EMI Music Publishing commencent à pointer à l’horizon.

En mai dernier, le géant nippon annonçait en effet augmenter de 60% sa participation dans la célèbre maison de disque, pour un montant total de 2,3 milliards de dollars. Un investissement massif qui aura permis à Sony de prendre le contrôle du groupe, qui lui appartient désormais à hauteur de 90%.

Le dernier bilan trimestriel de Sony fait une nouvelle fois état de l’excellente santé de sa division PlayStation sur le marché. En revanche, la firme peine toujours à muscler ses résultats sur le smartphone.

Mais l’information la plus notable communiquée par Sony à l’issue du second trimestre de son année fiscale 2018 (bouclé le 30 septembre dernier), reste l’intouchable maestria de la branche Game & Network Services dans son bilan général. Le jeu vidéo s’affirme une fois encore comme le principal moteur des activités de Sony, avec des revenus en hausse de 27 % par rapport à l’année dernière.

Le triomphe de PlayStation, le déclin des Xperia et la promesse d’EMI

Ainsi, sur le Q2 2018, le gaming chez Sony représentait pas moins de 4,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires, pour un bénéfice opérationnel atteignant le seuil des 800 millions de dollars. Un chiffre en hausse de 65% par rapport au Q2 2017. En clair, la division PlayStation rapporte plus en matière de chiffre d’affaires, et profite d’une rentabilité largement accrue.

On ne peut malheureusement pas en dire autant de la branche Mobile de Sony qui, elle, affiche des revenus en baisse de 32% vis-à-vis de l’année dernière. Une situation menant à des pertes de 265 millions de dollars, toujours sur ce Q2 2018. Ce bilan funeste, Sony le compense cependant à l’aide de sa branche Semi-conducteurs, cette fois en hausse de 11% sur un an. Même chose pour la division Service qui culmine à un joli +27% par rapport aux chiffres partagés l’an passé sur la même période.

L’enthousiasme de Sony n’est toutefois pas uniquement alimenté par les bonnes performances de ses activités sur le marché du jeu vidéo. Comme le pointe Bloomberg, la firme pourrait commencer à récolter très prochainement les fruits de son investissement chez EMI, avec à la clé la perspective (juteuse) d’une hausse de son chiffre d’affaires annuel pouvant atteindre le seuil des 55%.

De manière plus terre à terre, sur le second trimestre de son exercice fiscal 2018, Sony profite d’un C.A. de 19,58 milliards de dollars (en hausse de 6%) et d’un bénéfice opérationnel tutoyant les 2,15 milliards de dollars (en hausse de 59%). Un nouveau record pour la marque.