Poseidon, le drone aquatique capable de transporter des têtes nucléaires

Dans son discours du 1er mars sur l’état de la nation à l’Assemblée fédérale, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie est en train de mettre au point un drone sous-marin. L’engin serait capable de transporter des ogives nucléaires qui pourraient « provoquer des tsunamis de 300 pieds ». Le Chef d’État russe lui-même a déclaré qu’il n’y a « simplement rien dans le monde capable de les supporter. »

Via le site du ministère de la Défense russe, les citoyens ont voté pour le nom de l’engin qui a finalement été baptisé : Poseidon, en référence au Dieu grec des océans. Ce drone sous-marin à propulsion nucléaire serait capable d’anéantir littéralement les bases navales ennemies et un large éventail de missions sous-marines.

OceanCleanup

Selon une source non révélée par le TASS, il serait capable de transporter une ogive nucléaire de deux mégatonnes.

Pratiquement pas de vulnérabilités

Le Commandant en chef de la marine russe, Sergueï Korolyov, a confirmé que des essais sur l’élément de base du drone, dont la centrale nucléaire de petite taille, ont été menés avec succès. Poseidon se déplace à une vitesse de soixante à soixante-dix nœuds. Il peut descendre jusqu’à un kilomètre de profondeur, voire plus.

Selon le média russe, « il sera possible de monter diverses charges nucléaires sur la” torpille “du système maritime polyvalent de Poséidon, avec l’ogive nucléaire thermonucléaire … pour avoir la capacité maximale de 2 mégatonnes en équivalent TNT. »

Vladimir Poutine a souligné que Poseidon n’aurait « pratiquement pas de vulnérabilités » et pourrait être armé de munitions conventionnelles.

Des vagues de tsunami de 100 mètres de haut

Le physicien Rex Richardson tenté de faire imaginer à Business Insider la puissance de cette nouvelle arme. Il a affirmé qu’« une arme nucléaire bien placée de 20 MT à 50 MT près d’une côte de la mer pourrait certainement accumuler assez d’énergie pour égaler le tsunami de 2011, et peut-être beaucoup plus. »

« Profitant de l’effet d’amplification du fond marin, des vagues de tsunami atteignant 100 mètres de haut sont possibles », a poursuivi le scientifique.