Pour Bill Gates, la pandémie ne sera maîtrisée que si des arrêts massifs sont prononcés

Actuellement, les États-Unis sont devenus l’épicentre de la pandémie de coronavirus. Bien que la plupart des États à travers le pays aient incité leurs citoyens à rester chez eux et à respecter une distanciation sociale, le nombre de contaminations ne fait encore qu’augmenter. Et pour Bill Gates, cette situation n’est pas prête de se résoudre si des arrêts massifs – autrement dit généralisés et non optionnels – ne sont pas prononcés dans tous les États.

Dans une interview accordée à CNN, l’ancien membre du conseil administratif de Microsoft a effectivement insisté sur le fait que l’on risque de voir « une croissance exponentielle » de la propagation de la pandémie si le gouvernement américain ne s’engage pas au plus tôt dans cet arrêt.

Crédits Pixabay

Plus encore, Bill Gates craint que les cas de coronavirus aux États-Unis n’atteignent leur pic qu’à la fin-avril, soit la période exacte à laquelle le président américain Donald Trump compte lever les mesures de confinement.

Tous les États devraient être concernés par ces arrêts

Selon Bill Gates, il faudrait ordonner plus d’arrêts et d’abris sur place à travers les États-Unis, et même dans les États où le nombre de personnes contaminé est encore relativement faible. Le milliardaire philanthrope a également avancé que les voyageurs infectés en provenance des États qui n’avaient pas fermé de manière agressive pourraient transporter l’épidémie dans les États qui eux, ont fermé leurs frontières.

Digital Trends a d’ailleurs rapporté le mois dernier que le nombre de contaminations continue de monter en flèche et que les villes comme New York sont actuellement submergées de patients.

Le cofondateur de Microsoft déplore cette situation inquiétante et il estime qu’elle aurait pu être évitée si les États-Unis avaient préparé une réponse il y a des mois et testé systématiquement les nouveaux cas de coronavirus en isolant et traçant les contacts des personnes infectées. Malheureusement, Gates reconnaît également que le manque de tests a rendu cette situation impossible.

Un retour à la normale dans 2 semaines, une mission impossible selon Bill Gates

Lors de son interview, Bill Gates a également indirectement abordé l’intention de Donald Trump de lever les ordres de fermeture dans deux semaines afin de limiter les impacts de la pandémie sur l’économie. Une intention qui, selon le milliardaire, est « irréaliste ». Il déclare :

Nous sommes tout à fait aveugles à beaucoup de ces cas en ce moment. La lumière n’est pas au bout du tunnel en termes de réouverture en mi-avril. Les chiffres continuent d’augmenter. Les arrêts ne devraient être levés que lorsque les cas chutent de manière significative.

Le philanthrope a également fait savoir que sa Fondation Bill et Melinda Gates étudie présentement des « composés prometteurs » qui pourraient aider à traiter le coronavirus, mais que l’élaboration d’un potentiel vaccin prendrait encore des mois. Mais en ce qui concerne les arrêts massifs, Bill Gates conseille sans détour que :

Le plus tôt nous prenons ce médicament (décision, ndlr), qui est un médicament difficile, plus tôt nous en sortirons (de cette situation) et nous n’aurons pas à y retourner.