Pour Facebook, les photos de cancéreux sont trop suggestives

Facebook est souvent pointé du doigt pour sa politique de censure et il ne se passe plus une semaine sans que les modérateurs de la plateforme ne suppriment des photos ou même des publications sous prétexte qu’elles ne conviennent pas tout à fait aux conditions d’utilisation fixées par l’entreprise américaine. Cette fois, cependant, la situation est un peu différente.

Et pour cause puisque le contenu pointé du doigt par les modérateurs du géant des réseaux sociaux n’a rien de choquant ou de transgressif. Non, cette fois, Facebook s’en est pris à une affiche sur laquelle posait une femme souffrant… d’un cancer.

Censure Facebook

Cette photo est trop explicite pour Facebook.

Une femme dévêtue, certes, mais totalement dissimulée par une pancarte. Sa poitrine et ses organes génitaux n’étaient donc pas apparent.

Facebook et ses modérateurs ont encore frappé

Étrange, non ? Certes mais pour bien comprendre toute l’histoire, il est sans doute préférable de commencer par le début.

John Piears a une quarantaine d’années et il habite à West Horsley, du côté de Chertsey, au Royaume-Uni. Tout allait bien pour lui mais sa vie a pris une nouvelle tournure l’année dernière lorsque des médecins ont diagnostiqué un cancer des ovaires à sa femme, Beata. Le couple a lutté autant qu’il a pu mais la maladie a fini par l’emporter.

Une fois son deuil fini, John s’est demandé comment il pourrait honorer la mémoire de son épouse et il a donc décidé de lancer une vaste campagne de sensibilisation.

Afin de la pousser un peu, il a publié un message sur Facebook, un message pointant vers une simple pétition visant l’industrie pharmaceutique, accusée d’engranger des bénéfices au détriment de la santé des malades.

Elle était illustrée avec une photo présentant une femme atteinte d’un cancer, une femme nue tenant une pancarte, donc.

Pour Facebook, le cancer est sexuellement explicite

Pour augmenter sa visibilité, notre ami a souhaité la booster en s’appuyant sur le programme publicitaire mis en place par Facebook. Il n’est évidemment pas le premier à le faire mais la publication en question n’a pas été validée. John a en effet reçu un message lui disant qu’elle ne respectait pas les règles établies par le programme publicitaire de l’entreprise.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle utilisait une image trop suggestive. Oui, pour Facebook, une femme malade d’un cancer est sexuellement explicite. Tout va bien. Pour ne rien arranger, le message en question lui conseillait d’utiliser un autre contenu pour mettre en avant son “produit” ou son “service”, un contenu moins provocateur.

L’affaire a rapidement fait le tour du web et un porte-parole a fait son mea-culpa dans la foulée en déclarant que le blocage en question était une simple erreur. L’annonce a donc été validée quelques jours plus tard.

Le problème, bien sûr, c’est que ces fameuses erreurs ont tendance à se produire de plus en plus fréquemment. Et la vraie question, finalement, c’est de savoir si l’histoire de John aurait connu la même issue si elle n’avait pas été autant médiatisée.

Mots-clés facebookweb