Pour le FBI, QAnon est désormais une question de sécurité nationale

Selon le FBI, certaines des théories du complot nées aux USA constituent une menace pour la sécurité nationale. La déclaration a été faite dans un bulletin de renseignement interne rédigé par le bureau de l’agence à Phoenix et daté de mai 2019.

Le rapport, relayé par Yahoo News, cite comme preuves divers événements violents survenus au cours de ces dernières années.

Poursuite Police

Crédits Pixabay

Certaines théories du complot encourageraient l’extrémisme

Les théories du complot dans le collimateur du FBI sont celles qui ont fait la une des médias ces dernières années pour avoir été à l’origine d’actes de terrorisme et d’extrémisme national.

C’est le cas notamment du mouvement QAnon, du Pizzagate, de la théorie de la suprématie blanche, et des conspirationnistes du Nouvel Ordre Mondial, parmi d’autres mouvements marginaux.

« Le FBI estime que les théories conspirationnistes anti-gouvernementales, identitaires et marginales poussent très probablement les extrémistes nationaux, entièrement ou en partie, à se livrer à des activités criminelles ou violentes », dit le rapport, accusant le « marché de l’information moderne de pousser parfois aussi bien des groupes que des individus extrémistes » à devenir violents.

Les preuves avancées par le FBI pour appuyer son assertion

Le FBI cite dans son rapport de nombreux événements qui illustrent tristement le penchant actuel des populations vers les théories complotistes en Amérique et son évolution vers la violence dans le monde réel. L’agence cite par exemple un homme californien qui aurait fabriqué une bombe qu’il avait l’intention d’utiliser contre un monument du temple satanique situé dans la rotonde du capitole de l’Illinois, afin de « sensibiliser les Américains sur le Pizzagate ».

Rappelons que le Pizzagate est une théorie conspirationniste qui affirme qu’il existe un réseau de pédophilie autour de John Podesta, l’ancien directeur de campagne d’Hillary Clinton, et qu’une pizzeria située à Washington, DC, serait le siège de ce réseau.

D’autres exemples cités dans le rapport incluent un incident survenu en mai 2018 au cours duquel un groupe armé du mouvement QAnon, près de Tuscon, en Arizona, a accusé et menacé divers résidents locaux d’être impliqués dans un réseau de trafic d’enfants. Au cas où vous ne le sauriez pas, le mouvement QAnon pense que le président actuel des États-Unis, Donald Trump, travaille secrètement à rendre le pouvoir au peuple et à démanteler des cercles libéraux, fortement intégrés dans l’État, qui détournent notamment les fonds publics et organisent des activités pédophiles.

Le FBI ajoute dans son rapport que si la catégorisation des théories du complot en tant que menaces à la sécurité nationale peut sembler exagérée à première vue, c’est un fait qu’on devrait sérieusement considérer dans l’environnement actuel.

Mots-clés qanon