Pour l’IIHS, les voitures autonomes ne pourraient empêcher qu’un tiers des accidents aux États-Unis

Mauvaise nouvelle pour les véhicules sans chauffeur ! Depuis le lancement du concept et des premiers modèles, les voitures autonomes sont en effet considérées comme LA solution pour une meilleure sécurité routière. Oui, mais voilà, une récente étude menée par l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) vient contredire cette affirmation.

Publiée le 4 juin dernier sur le site de l’IIHS, l’étude affirme en effet que les véhicules sans chauffeur ne sont pas aussi efficaces qu’on veut bien nous le faire croire. D’après les enquêtes, elles ne pourraient empêcher qu’un tiers des accidents de la route aux États-Unis.

Crédits Pixabay

Comme l’explique Jessica Cicchino, vice-présidente de la recherche à l’IIHS et co-auteure de l’étude, « c’est probable que les voitures 100 % autonomes du futur développeront des capacités de détection encore meilleures, mais nos recherches nous indiquent que ce ne serait pas suffisant pour éliminer la majorité des accidents. »

La faute aux conducteurs

L’article publié sur le site de l’IIHS explique que souvent, les problèmes à l’origine des accidents de la route ne viennent pas des voitures, mais de l’homme : les grandes majorités des accidents seraient en effet dues à une faute de la part des conducteurs… des erreurs humaines que les systèmes de conduite autonome sont incapables de gérer.

Pour parvenir à de tels résultats, les chercheurs de l’IIHS ont analysé plus de 5 000 cas. Ils ont ainsi déterminé que 72 % des accidents ont été causés par des excès de vitesse, des violations des règles de circulation, mais aussi à de fausses manœuvres, des distractions…

En général, la faute incombe également à une baisse de faculté chez les conducteurs, le plus souvent suite à un malaise, à la drogue ou bien à l’alcool.

À lire aussi : Huawei veut investir dans la voiture autonome

Un système qui priorise la sécurité

Pour des voitures autonomes plus efficaces, l’IIHS estime que leur système devrait être amélioré : « construire des voitures autonomes qui conduisent aussi bien que les gens est un grand défi en soi […] Mais ils devraient en fait être meilleurs que cela pour tenir les promesses que nous avons tous entendues », indique en effet Alexandra Mueller, chercheuse scientifique à l’IIHS, également co-auteur de l’étude.

L’IIHS avance que les systèmes de conduite autonome devraient être reprogrammés de manière à prioriser la sécurité. Les constructeurs devraient également améliorer les capacités de gestion du risque, mais aussi entièrement repenser leurs capacités décisionnelles.

Pour les chercheurs de l’IIHS, les voitures devraient embarquer un système encore plus intelligent, plus sensible et plus prévoyant… reste à voir si ce sera possible un jour.

À lire aussi : BMW et Daimler s’associent pour développer une technologie de voiture autonome