Pourquoi des chansons pop ralenties dans les bandes-annonces de films ?

Si la raison de l’utilisation de chansons pop à succès dans les récentes bandes-annonces de films peut facilement se deviner, il n’en est pas forcément de même pour une autre interrogation : pourquoi ces titres présentent-ils un tempo ralenti dans leur nouvel environnement ?

Depuis un certain nombre d’années, alors que l’on se rend visiblement de plus en plus compte de l’importance du patrimoine musical du siècle dernier, des studios n’hésitent pas ou peu à se servir de chansons pop connues pour illustrer des bandes-annonces de films.

Une salle de cinéma
Crédits Pixabay

Variety s’est penché sur le sujet, avec en premier intervenant Jonathan McHugh, superviseur musical, réalisateur et membre fondateur de la Guild of Music Supervisors.

Celui-ci confirme que réemployer des titres connus aide à captiver l’audience : “C’est ce que j’appelle le phénomène des vieilles chaussures confortables. Vous donnez aux gens quelque chose de familier, comme la chanson ‘Say My Name’ de Destiny Child dans le nouveau Candyman, et tout d’un coup ils sont plus engagés dans le contenu et prédisposés à apprécier ce qu’ils regardent parce qu’ils aiment la chanson.”

A lire aussi : Suicide Squad : David Ayer s’exprime publiquement pour la dernière fois sur la version projetée au cinéma

Le “trailerizing”, ou comment attirer des gens sur des bandes-annonces via des remixes de chansons connues

Mais il serait trop facile, et possiblement trop peu efficace, de se contenter de reprendre les versions originales des chansons en question. Brian Monaco, président et directeur mondial du marketing chez Sony Music Publishing, parle de “trailerizing”, soit une manière d’attirer le public par un morceau qu’ils ont de grandes chances de connaître. Et pour ce faire, la chanson leur est délivrée, mais pas totalement conforme à leurs souvenirs. Cela s’appelle donc le “trailerizing” :

“Cela signifie changer tous les aspects de la chanson mais laisser les paroles. Les gens connaissent les paroles. Le but est d’attirer l’attention des gens. Peut-être qu’ils ne prêtent pas autant d’attention à la bande-annonce, et ils commencent à entendre le refrain de la chanson, et ils se disent, ‘Attendez, je connais cette chanson’. Ils commencent à faire attention, et se mettent à regarder la bande-annonce.”

Au niveau de la cohérence entre l’illustration musicale et le propos de l’œuvre filmée, ce n’est pas forcément le coup de foudre à tous les coups (Gangsta’s Paradise pour Sonic, le film, l’aviez-vous vue venir ?), mais l’important pour les studios se trouve ailleurs. Quatre fois par an, Brian Monaco organise des camps où des auteurs-compositeurs sont formés à arranger des morceaux classiques, avec des artistes originaux rémunérés. Tout le monde devrait être content alors.