Vous avez tout le temps faim ? La science a peut-être une explication !

Faites-vous partie de ces gens qui ont un appétit d’ogre ? Si vous avez répondu « oui » à cette question et que vous voulez savoir pourquoi vous avez constamment faim, continuez votre lecture. Dans une étude publiée dans la revue Nature Metabolism, des chercheurs du King’s College London ont tenté d’expliquer ce phénomène.

Selon eux, cette faim constante s’explique par la quantité de glucose qui se trouve dans votre sang quelques heures après un repas. Les auteurs de cette étude ont indiqué que les personnes qui ont plus faim que la normale souffrent probablement d’une baisse de glycémie. Chez ces individus, la diminution de la quantité de glucose surviendrait au bout de 2 à 4 heures après leur dernier repas.

Crédits Pexels

Les personnes qui entrent dans cette catégorie sont qualifiées de « gros mangeurs » par les chercheurs.

Une étude menée sur plus de 1000 participants

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs du King’s College London ont fait appel à 1070 participants. Ils ont analysé le taux de glucose de ces individus après et avant un repas. Dans un premier temps, les volontaires ont pris des petits déjeuners. Ces derniers devaient ingurgiter la même quantité de calories. Cependant, les chercheurs ont pris soin de modifier l’apport en protéines, en graisses, en glucides et en fibres de ces repas.

Au cours de cette expérience, les participants étaient tous équipés de glucomètres. Ici, l’objectif est de mesurer leur taux de glycémie. D’autre part, les chercheurs les ont équipés d’une application mobile destinée à analyser leur niveau de faim.

La quantité de glucose joue sur la faim

L’étude de ces données a révélé que certains volontaires souffraient d’une baisse importante de la glycémie 2 à 4 heures après leur repas. Ces individus font partie de ceux qui ont plus faim que la normale. Les chercheurs ont rapporté une augmentation de 9% dans leur faim.

« Il a longtemps été mis en évidence que le niveau de sucre dans le sang jouait un rôle important concernant la gestion de la faim, mais les résultats de ces dernières études n’ont pas été concluants. Nous pouvons aujourd’hui affirmer qu’un faible taux de glucose est un meilleur indicateur de faim et de l’apport calorique ultérieur que le pic de glycémie initial après un repas, ce qui change notre façon de concevoir la relation entre la glycémie et les aliments que nous mangeons », a expliqué le Dr Sarah Berry, du King’s College London.

Il est à noter que les personnes souffrant de cette baisse de glycémie seraient plus susceptibles de souffrir de surpoids.