Les Etats-Unis veulent lancer une campagne de vaccination anti Covid-19 avant la fin de l’année

Le Covid-19 est devenu, en l’espace de seulement quelques mois, le nouvel ennemi à abattre. Extrêmement contagieux, le virus s’est en effet répandu à travers le monde comme une trainée de poudre. Le nombre de cas approche ainsi des 60 millions, et ce alors même que la barre des 50 millions a été dépassée le mois dernier seulement.

Les décès, eux, s’accumulent. Toujours d’après les derniers chiffres publiés par les instances de santé, le nom de décès approche actuellement des 1,4 million à travers le monde.

Crédits Pixabay

Les Etats-Unis font partie des pays les plus touchés. Actuellement, ce sont ainsi plus de 100 000 nouveaux cas qui sont détectés chaque jour, pour près d’un milliers de décès quotidiens en moyenne.

Les Etats-Unis veulent lancer une premier campagne de vaccination anti Covid-19 en décembre

Le monde a été durement touché, c’est un fait, mais une lueur d’espoir semble se profiler à l’horizon. Ou plutôt deux. Pfizer/BioNTech et Moderna ont tous les deux annoncés au début du mois de très bons résultats pour leur candidat-vaccin respectif, des candidats vaccins qui se sont révélés respectivement efficaces dans plus de 95 % et 94,6 % des cas.

Et à présent, les Etats-Unis veulent accélérer les choses, pour une première campagne de vaccination anti- Covid-19 envisagée avant la fin de l’année, conformément aux projections d’un chercheur d’Oxford.

Moncef Slaoui, le chef de l’effort de vaccination contre le virus, et donc un responsable de l’actuel gouvernement américain, a ainsi déclaré à CNN que son administration s’était donnée pour objectif de lancer une première campagne de vaccination avant la fin de l’année :

“Notre plan est de pouvoir expédier les vaccins aux sites de vaccination dans les 24 heures suivant l’approbation par la FDA.”

Moncef Slaoui, CNN

A lire aussi : On en sait plus sur les lésions pulmonaires liées à la Covid-19

Une campagne qui visera d’abord les adultes

D’après lui, la validation de la FDA ne fait aucun doute, en ce sens où l’organisme exige en règle générale un niveau d’efficacité minimal de l’ordre de 50 % pour les vaccins. Un seuil largement dépassé par les candidats vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna.

L’homme s’est également voulu rassurant en expliquant que les deux vaccins sont sans danger pour les Américains : “Nous savons que c’est sûr sur une courte période de temps. Et nous pouvons prévoir que ce sera sûr plus longtemps et nous mesurerons cela”.

En revanche, il déplore la politisation dont ont fait l’objet les recherches autour du vaccin anti Covid-19. Pour lui, cela a créé un biais dans la perception qu’ont les Américains pour ces deux candidats vaccins.

Il a également expliqué à CNN que ces deux vaccins s’adresseront dans un premier temps aux adultes. D’autres essais seront en effet menés sur les adolescents, puis les enfants, puis les nourrissons. De son côté, Pfizer a mené des tests sur des candidats âgés de 12 à 14 ans, mais Moncef Slaoui ignore si la FDA acceptera de valider le vaccin pour cette tranche d’âge sans plus de tests. Au plus tard, et toujours d’après ses prévisions, les enfants devront donc attendre le milieu de l’année prochaine pour pouvoir se faire vacciner contre la Covid-19.

A lire aussi : La Covid-19 circulait peut-être déjà en septembre en Italie

Et en France, alors ?

En Europe, le calendrier ne devrait pas être le même. La France a précommandé 90 millions de doses, mais la Haute autorité a indiqué que les personnes prioritaires seront les professionnels de santé et les personnes âgées ou fragile.

Elle recommande également que les médecins généralistes soient placés au coeur de la campagne de vaccination, une campagne qui ne devrait pas survenir avant le début de l’année prochaine.

A lire aussi : Bientôt un masque capable de tuer 90 % des particules de la Covid-19 ?

La Haute Autorité est en effet en train d’examiner les données communiquées par Pfizer/BioNtech et Moderna et elle s’est donné jusqu’à la mi-décembre pour émettre un avis définitif. C’est du moins l’information donnée par nos confrères d’Europe1.

Mots-clés Covid-19