Première bande-annonce pour la série « Ghost in the Shell: SAC_2045 » de Netflix

Annoncé en décembre 2018, le nouveau chapitre de la saga Ghost in the Shell dévoile enfin ses premières images dans une bande-annonce mise en ligne par la chaîne YouTube de Netflix.  Intitulée Ghost in the Shell: SAC_2045, cette série au look drastiquement différent  sera distribuée exclusivement par le service de SVoD et arrive à grands pas sur le territoire français.

Le vétéran de la franchise Kenji Kamiyama reprend du service à la direction de ce projet aux côtés de l’expert en design futuriste Shinji Aramaki sous la houlette du studio Production I.G.

Netflix

Tout le monde est là

Il faudra néanmoins se faire au nouveau look de cette collaboration entre les studios Production I.G. et Sola Digital Arts. Exit l’animation en deux dimensions qui a fait le succès de la franchise, place aux images de synthèse donnant un look résolument « cinématique de jeu vidéo » à la série – en bien comme en mal.

Les fans pourront néanmoins se réjouir à l’idée de retrouver le casting de voix originales ayant prêté leur talent pour les nombreuses autres déclinaisons multimédia de la franchise : Atsuko Tanaka, Akio Otsuka, Koichi Yamadera et Yutaka Nakano reprennent leurs rôles de Motoko, Batou, Togusa et Ishikawa respectivement. Deux saisons de 12 épisodes chacune ont ainsi été annoncées avec une sortie internationale calée pour avril prochain.

Née du crayon du mangaka Masamune Shirow en 1989, Ghost in the Shell est surtout connu à l’international par ses nombreuses adaptations animées au petit et au grand écran ayant marqué l’histoire de la japanimation – notamment le premier long-métrage éponyme de 1995 de Mamoru Oshii, très largement considéré comme l’un des meilleurs films d’animation japonais de tous les temps et ayant inspiré de nombreuses autres franchise, la plus connue étant évidemment Matrix. Ce même long-métrage a reçu les « honneurs » d’un remake en prise de vues réelles en 2015 avec Scarlett Johansson en tête d’affiche – un choix vivement critiqué sous accusations de whitewashing.

Le film de 1995 recevra une suite Ghost in the Shell 2: Innocence dix ans plus tard, toujours réalisée par Oshii, et aura notamment fait parti des films en compétition au cours de l’édition annuelle du Festival de Cannes.