Les premiers résultats de l’analyse de l’échantillon d’astéroïde d’OSIRIS-REx sont là

Un peu plus de deux semaines après son arrivée sur Terre, l’échantillon d’astéroïde collecté par la mission OSIRIS-REx commence à révéler ses secrets. Le 11 octobre dernier, la NASA a présenté l’échantillon et les résultats des premières analyses au cours d’un événement diffusé en ligne. Ainsi, l’étude des matériaux prélevés montre que l’astéroïde Bennu, qui possède une largeur de 500 m, est riche en eau et en composés contenant du carbone.

Bill Nelson, l’administrateur de la NASA, a déclaré au cours de l’événement que l’échantillon d’OSIRIS-REx est le plus gros échantillon riche en carbone jamais ramené sur Terre. Il va aider les scientifiques à en savoir plus sur l’origine de la vie sur notre planète.

L'extérieur de la boîte contenant l'échantillon prélevé par OSIRIS-REx
Crédits NASA/Erika Blumenfeld & Joseph Aebersold

Bill Nelson a aussi indiqué que les missions de la NASA comme OSIRIS-REx vont améliorer notre compréhension des astéroïdes qui pourraient menacer la Terre tout en nous donnant un aperçu de ce qui se trouve au-delà.

A lire aussi: La NASA a ouvert la boîte contenant l’échantillon d’astéroïde prélevé par OSIRIS-REx

La mission OSIRIS-REx

La mission OSIRIS-REx a été lancée en septembre 2016. Elle a atteint Bennu en décembre 2018 et a passé les 22 mois suivants à étudier l’astéroïde à partir de l’orbite. Au cours de cette période, la sonde a également cherché le meilleur site pour collecter l’échantillon.

La collecte en elle-même a eu lieu en octobre 2020. L’opération a été un succès bien que la surface de l’astéroïde ait été plus poreuse que prévue. L’engin a récupéré une quantité si importante de régolithe que le mécanisme de récupération a failli ne pas se fermer correctement. En mai 2021, la sonde a commencé son voyage de retour vers la Terre.

Le 24 septembre dernier, la capsule contenant l’échantillon s’est posée sur Terre dans le désert de l’Utah. Le lendemain, elle a été transportée au Johnson Space Center (JSC) de la NASA à Houston.

Ce n’est encore que le début

Selon les informations, le travail sur l’échantillon prélevé sur Bennu ne fait encore que commencer. Pour le moment, l’équipe n’est pas encore sure de la quantité exacte de régolithe ramenée sur Terre. Les premiers calculs indiquent 250 g, ce qui est bien plus que les 60 g espérés.

Au cours des prochains mois, l’échantillon va être partagé par le JSC à un grand nombre de scientifiques à travers le monde. Les chercheurs vont identifier les différents composés carbonés, ce qui va fournir des indices sur l’origine de la vie sur Terre. Les résultats permettront également de mieux comprendre la formation et l’évolution du Système Solaire, l’astéroïde Bennu étant un vestige de la période de formation de ce dernier.

D’après Dante Lauretta, chercheur principal de la mission OSIRIS-REx à l’Université de l’Arizona, la découverte de matériaux riches en carbone et la présence abondante de minéraux argileux contenant de l’eau représentent juste « la partie émergée de l’iceberg cosmique ».

SOURCE: Space.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.