Preview : Sony Xperia Z1

Le Sony Xperia Z1 était l’un des smartphones les plus attendus de cette rentrée et nous savons tout de lui depuis le début du mois. Tout sur son design, sur ses spécifications techniques ou encore sur des fonctionnalités. Intéressant, pour sûr, mais tous ces éléments ne sont rien comparés à une vraie prise en main. Parce que bon, se faire une opinion d’un produit en se basant uniquement sur les photos et les vidéos en balade sur la toile, ce n’est pas toujours très judicieux. Du coup, lorsque Sony m’a contacté afin de m’inviter à tester le Xperia Z1 en vrai, mon sang n’a fait qu’un tour et vous allez pouvoir retrouver un peu plus bas dans l’article mes premières impressions, ainsi qu’une vidéo tournée par… des professionnels de la chose.

Avant de démarrer, sachez que cet article n’est pas un test complet. Non, pour ce dernier, vous devrez attendre encore un peu puisqu’il ne sera pas mis en ligne avant la fin de la semaine prochaine, dans le meilleur des cas. Bon, en même temps, sachant que GTA 5 est sorti hier, vous allez avoir de quoi vous occuper pour ces prochains jours.

Sony Xperia Z1 : photo 1

Le bouton “premium” du Sony Xperia Z1.

Caractéristiques Techniques

Tout commence par là. Et de ce côté, le Sony Xperia Z1 n’a absolument rien à envier à la concurrence puisqu’il fait aussi bien que le LG G2 et que tous les “superphones” du moment. En gros et pour faire simple, voici la fiche technique complète du terminal :

  • Ecran Full HD 1080p Triluminos de 5 pouces 441 ppp.
  • Processeur Qualcomm Snapdragon 800 @ 2.2 Ghz.
  • GPU Adreno 330.
  • 2 Go RAM.
  • 16 Go d’espace disque.
  • Port SDXC jusqu’à 64 Go.
  • Capteur Exmor RS 20.7 MP.
  • Objectif G Lens f/2.0.
  • Processeur BIONZ.
  • Zoom numérique 8x.
  • Zoom optique 3x.
  • Caméra de 2 MP (1080p).
  • Prise jack 3.5 mm.
  • Connecteur micro USB compatible MHL.
  • WiFi, Bluetooth 4.0, aGPS, DLNA, NFC.
  • LTE.
  • Batterie de 3000 mAh.

Sympa, non ? Certes, mais ce n’est pas terminé. Il faut effectivement savoir que l’écran du Z1 intègre pas moins de quatre technologies bien distinctes : le Triluminos, le X-Reality, le Super Resolution et l’OptiContrast. Des technologies qui n’ont rien d’anecdotiques puisqu’elles amélioreront grandement le rendu des couleurs, le contraste, la luminosité et la lisibilité de l’écran, y compris en plein soleil.

Concernant les fonctions photo, on peut également souligner que le terminal intègre les mêmes composants que ceux que l’on trouve sur les CyberShot. On a ainsi droit à un capteur rétro-éclairé Exmor RS de 20.7 mégapixels, à un objectif G-Lens 27mm f/2.0, à un stabilisateur optique SteadyShot et à un gros processeur BIONZ en plus.

Vous l’aurez compris, le Sony Xperia Z1 n’est pas qu’un smartphone surpuissant, c’est également un véritable petit compact numérique.

Sony Xperia Z1 : photo 2

Le Sony Xperia Z1 vu de profil.

Design & Ergonomie

Passons tout de suite à la question du design, et de l’ergonomie. Pas mal de gens lui reprochent de ressembler à une grosse brique. Je n’ai pas du tout eu cette impression en le prenant en main. Le Xperia Z1 est grand, c’est vrai, et les bordures qui encadrent son écran sont plus imposantes que celles du LG G2, mais il est également très fin, et très léger.

Concernant les matériaux utilisés dans sa conception, sachez que Sony a opté pour deux plaques en verre trempé de chaque côté, et pour une structure en aluminium conçue d’une seule pièce. L’ensemble est robuste. Tout comme les derniers Xperia produits par la firme, le Z1 profite également d’un traitement IP55/58. Autrement dit et pour ceux qui ne comprennent rien aux normes, le terminal pourra être immergé dans l’eau douce jusqu’à 1.5 mètre de profondeur, pour une durée qui ne devra pas excéder la demie-heure. Mieux, il est également traité pour résister à la poussière.

Détail intéressant, si tous les ports de l’appareil sont protégés par des languettes de plastique, ce n’est pas le cas de la prise jack qui profite du même traitement que le Xperia ZU.

L’ergonomie, pour sa part est assez traditionnelle. Le bouton de mise sous tension se situe sur la tranche droite du terminal, au dessus des boutons dévolus au contrôle du volume et du déclencheur. sur la même tranche mais tout en haut, nous trouverons la trappe permettant d’accéder à la carte Nano SIM. De l’autre côté, nous aurons un port micro USB (compatible MHL) ainsi qu’un port pour cartes micro SDXC. Plus bas, il y aura également un connecteur magnétique. La prise jack, enfin, se trouve sur la tranche supérieure.

Je m’y attendais un peu mais le Xperia Z1 m’a totalement bluffé. Gros coup de coeur pour le moment, donc.

Sony Xperia Z1 : photo 3

La prise jack du Sony Xperia Z1. Pas besoin de cache, elle profite du même traitement que sur le ZU.

Premières impressions

Elles sont très positives. Le Z1 est beau à regarder, il est agréable à prendre en main et il dépote quelque chose de bien. On retrouve la même fluidité que sur le G2, ce qui n’a rien d’étonnant puisque les deux terminaux partagent plus ou moins la même fiche techniques. Je n’ai pas encore eu le temps de rentrer dans les détails mais les fonctions photo / vidéo sont bien faites. Les modes sont nombreux et les applications intégrées très prometteuses. Je pense notamment à Social Life qui permet de diffuser un flux vidéo vers un profil Facebook en toute quiétude et sans avoir à passer par un service tiers.

Non, c’est sûr, je pense que ces prochains jours vont être très sympathiques.

On termine avec une vidéo de prise en main qui n’a pas grand chose à voir avec mes vidéos habituelles. Et c’est bien normal puisqu’elle a été tournée par un vrai caméraman, avec un gros Nikon D800 et plein d’accessoires très jolis à regarder. Je tiens d’ailleurs à remercier toutes les personnes qui m’ont accueilli lundi matin, et notamment le caméraman qui s’est montré très patient et qui est parvenu à me mettre en confiance en quelques minutes. Et croyez moi sur parole, ce n’était vraiment pas gagné…

Sinon oui, j’arrive à me téléporter d’une table vers un canapé sans aucun problème. C’est mon pouvoir personnel, en fait. Mais il ne fonctionne qu’avec les tables. Et les canapés.