Prey : Le hit de Arkane bientôt en VR ?

En très peu de temps, édité par Bethesda, le studio français Arkane, basé à Lyon, nous aura proposé d’excellents jeux. Pour commencer, la franchise Dishonored, qui pourrait avoir droit à un troisième épisode avec un nouvel arc narratif. Un jeu d’infiltration avec un level design qui frôle la perfection et une multitude d’approches pendant les missions, discrétion ou létalité, qui offrent des fins différentes. Puis Arkane a continué son chemin avec Prey, véritable héritier de System Shock et Half-Life, qui reprend les grandes lignes de Dishonored dans une station spatiale et une orientation survival horror.

Et c’est justement Prey qui refait parler de lui aujourd’hui avec une nouvelle version repérée chez un revendeur.

Crédit : Arkane/Bethesda

Il semblerait que Prey ait bientôt droit à sa déclinaison en réalité virtuelle.

Bethesda, friand de jeux en réalité virtuelle

Le PSVR, solution la plus accessible de réalité virtuelle pour la PlayStation 4, va-t-elle accueillir un nouveau jeu ? Pour le moment, plusieurs titres ont été proposés en déclinaison VR comme Resident Evil VII, véritable vitrine de la technologie. Mais Bethesda, comme Capcom, s’est rapidement montré intéressé par la réalité virtuelle avec Fallout 4 VR et Skyrim VR. Et Prey, l’un des jeux édités par la société et développé par Arkane, aura également eu droit à un DLC multi en VR appelé Typhon Hunter.

À lire aussi : Half Life Alys peut désormais être joué sans casque VR

Aujourd’hui, c’est le jeu Prey de base, c’est-à-dire la campagne principale, qui aurait droit à sa version VR. Plusieurs médias ont découvert que le revendeur britannique ShopTo avait mis en ligne la fiche produit du jeu en réalité virtuelle. Bien évidemment, une fois la gaffe repérée, le site a immédiatement retiré la fiche du produit. Mais trop tard, la boulette a déjà fait le tour du monde entier et beaucoup de joueurs attendent ce Prey en réalité virtuelle.

Il faut dire que Prey correspond parfaitement à l’esprit VR. D’abord, car le jeu est à la première personne. Ensuite, car il s’agit d’un survival horror futuriste d’une grande qualité dont la peur ne peut être que décuplée par cette technologie. Le titre de base est déjà très effrayant et l’amener sur le terrain de la réalité virtuelle devrait lui donner un cachet supplémentaire.