Prise en main du Fujitsu U904

Dévoilé en fin d’année dernière, le Fujitsu U904 se positionne sur le secteur des ultrabooks haut de gamme. Il profite d’une fiche technique particulièrement impressionnante et d’un ensemble de fonctionnalités pratiques, utiles et ciblant tout autant le particulier que le professionnel en vadrouille. Le constructeur a eu l’extrême gentillesse de me fournir un exemplaire de sa nouvelle machine et le moment est venu de vous faire part de mes premières impressions à son sujet.

D’ordinaire, mes tests sont découpés en deux articles : une prise en main et un test plus poussé. Je ferai peut-être un point plus complet sur le U904 dans les semaines et dans les mois à venir, mais je pense de toute façon attendre la sortie de la première mise à jour majeure de Windows 8.1 pour réaliser une nouvelle vidéo. Ce n’est donc pas pour tout de suite.

Fujitsu U904 : image 1

Le Fujitsu U904 capot fermé. Jolie coque, non ?

Caractéristiques Techniques

Comme à l’accoutumée, on va commencer par rappeler les caractéristiques techniques du Fujitsu U904 ou, plutôt, du modèle qui m’a été envoyé par le constructeur puisque ce dernier propose à la vente plusieurs configurations différentes :

  • Ecran tactile IGZO WQHD+ de 14 pouces.
  • Résolution en 3200×1800.
  • Processeur Intel Core i5-4200U 2,6 GHz avec 3 Mo de cache.
  • GPU Intel HD 4400.
  • 6 Go de mémoire vive en DDR3L 1600 MHz.
  • Disque SSD SATA III 128 Go.
  • WiFi 802.11 a/b/g/n, Bluetooth 4.0.
  • Module UMTS Sierra Wireless EM8805.
  • Webcam, hauts-parleurs.
  • Dimensions : 329,9 x 229,9 x 15,5 mm.
  • Poids : 1,39 Kg.
  • Windows 8.1 Pro.

Pas mal, non ? Sur le papier, le seul défaut de cette configuration, finalement, c’est l’absence d’une carte graphique dédiée. Si la puce Intel HD 4400 suffira à jouer à Minecraft, par exemple, elle risque de montrer très vite ses limites pour des titres plus gourmands.

La connectique de la machine est très complète elle aussi, avec une sortie HDMI, deux ports USB 3.0, un port pour cartes SD, une prise casque et un verrou Kensington en prime. Nous avons également droit à un logement capable d’accueillir une carte SIM.

L’autonomie de la machine est estimée à 10 heures. Dans la pratique et pour une utilisation normale, elle montera rarement au dessus des 7 heures. C’est en tout cas ce que j’ai constaté chez moi.

Fujitsu U904 : image 2

Le Fujitsu U904 capot ouvert. L’écran semble gigantesque.

Design & Ergonomie

Le Fujitsu U904 surprend par son design. Pendant très longtemps, les ultrabooks se contentaient de reprendre les lignes et les matériaux du MacBook Air. Fujitsu a cherché à aller un peu plus loin en optant pour un boitier en magnésium plus sombre, avec un mélange de noir et de brun. Le résultat vaut vraiment le détour.

Les ports de la machine sont répartis de chaque côté. Sur la gauche, nous trouverons ainsi la prise secteur, le verrou Kensington, un port USB 3.0 et la prise casque, accompagnés d’une grille de ventilation. De l’autre côté, nous aurons une trappe dissimulant le port pour cartes SIM, un connecteur Ethernet extractible, une sortie HDMI, un second port USB 3.0 et un port pour cartes SD. Plusieurs LED sont intégrées à la façade de l’ultrabook. A tout moment, nous pourrons connaître l’état de sa batterie ou de sa connexion WiFi, par exemple.

Le capot supérieur joue la carte du minimalisme et il n’y a rien en dehors du logo de la marque. En dessous, nous aurons un connecteur spécial pensé pour le dock vendu en option.

L’écran du U904 paraît immense et cela vient sans doute du fait que sa vitre de protection recouvre l’intégralité du capot. Une vitre très sensible aux reflets d’ailleurs. Le clavier (rétro-éclairé) semble plutôt confortable, il me rappelle d’ailleurs beaucoup celui de mon MacBook Air. Le confort de frappe est équivalent, même si certaines touches sont un peu plus « dures » que les autres. C’est notamment le cas de la barre d’espace mais cette sensation s’estompera sans doute à l’usage.

Le pavé tactile est des plus impressionnants. Il est gigantesque et c’est franchement une bonne chose puisque Windows 8 supporte lui aussi certains gestes multitouch. Le petit truc en plus, c’est le lecteur d’empreintes digitales situé sur la droite. Grâce à lui, nous pourrons ouvrir notre session d’un simple glissement de doigt.

Fujitsu U904 : image 3

Le logo du constructeur.

Des fonctions professionnelles

Je l’ai évoqué un peu plus haut mais le Fujitsu U904 s’adresse avant tout aux professionnels et il intègre ainsi un certain nombre de fonctions particulièrement appréciées des entreprises.

Il a ainsi droit à la technologie vPro mise au point par Intel. Si cette dernière est capable de protéger la machine des menaces (rootkits, virus, malwares), elle peut aussi vérifier l’identité de son utilisateur et s’assurer que les bonnes personnes accèdent aux bonnes ressources grâce à l’IPT, l’OTP et le PKI. Si besoin est, nous pourrons également chiffrer l’intégralité de notre disque dur et mettre en place un système d’identification par empreintes digitales.

Point intéressant, grâce à cette technologie, le DSi et ses techniciens pourront prendre le contrôle de notre machine à distance pour déployer des correctifs de sécurité et modifier sa configuration à la volée. Si vous souhaitez en savoir plus sur le vPro, le mieux c’est encore de vous rendre sur cette page.

Il y a aussi la suite Workplace Protect qui m’a beaucoup impressionné. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour le moment puisque cette dernière fera l’objet d’un article dédié.

Fujitsu U904 : image 4

Le logo du constructeur. Sous un angle différent.

En Conclusion

Le Fujitsu U904 est un beau produit, c’est un fait. Il ne se contente cependant pas d’être beau à regarder, il a aussi la bonne idée de mettre la barre très haut grâce à une fiche technique particulièrement impressionnante, et une connectique complète.

Je n’ai pas encore assez de recul pour juger de ses compétences, mais les quelques heures passées en sa compagnie ont été des plus intéressantes et j’avoue même être tombé sous son charme. Le coquin est d’ailleurs parvenu à me détourner de mon MacBook Air, et même un peu de mon iMac. Reste à savoir si ce coup de coeur se transformera en une belle histoire d’amour, ou s’il ne s’agissait que d’une liaison torride et éphémère.

Alors bien sûr, cet ultrabook n’est pas non plus parfait et il souffre finalement de deux défauts assez gênants à mes yeux : l’absence d’un circuit graphique dédié et une vitre très sensible aux reflets.

On termine avec la vidéo de déballage habituelle.