Prise en main du Xiaomi Redmi Note 3 Pro

Xiaomi a fait pas mal de chemin depuis ses débuts en 2010. L’entreprise chinoise est à la tête d’un véritable empire et elle est même parvenue à doubler son chiffre d’affaire entre 2013 et 2014 pour atteindre les 12 milliards de dollars. Le secret de sa réussite ? Sa politique tarifaire extrêmement agressive. Oui, et le Xiaomi Redmi Note 3 Pro s’inscrit lui aussi dans cette lignée puisqu’il est proposé à partir de 200 € environ.

Mais voilà, le problème c’est qu’il n’est pas disponible sur le vieux continent, pas plus que les autres terminaux de la marque. Il est cependant possible de le faire importer en passant commande auprès de boutiques spécialisées.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 1

Le Redmi Note 3 Pro dans sa boite.

Gearbest est une de ces fameuses boutiques et c’est elle qui m’a fait parvenir ce fameux Redmi Note 3 Pro. Je l’en remercie d’ailleurs.

Comme à l’accoutumée, le test de la bête sera divisé en deux parties et cet article se focalisera avant tout sur le déballage et sur la prise en main du terminal. Mon test sera publié très prochainement et vous pouvez vous abonner à ma chaine YouTube pour découvrir la vidéo en avant-première.

Caractéristiques Techniques

Avant d’aller plus loin, le moment est sans doute bien choisi pour rappeler brièvement les caractéristiques techniques du terminal.

Le Xiaomi Redmi Note 3 est équipé d’un écran IPS LCD de 5 pouces capable d’afficher une définition en Full HD 1080p, et donc du 1 920 x 1 080.

Côté processeur, le constructeur a opté pour un Snapdragon 650 cadencé à 1,8 GHz, avec 3 Go de mémoire vive. L’espace de stockage atteint les 32 Go.

Dans tous les cas, il sera possible de l’étendre avec une carte micro SD. D’ailleurs, la vie est bien faite car la trappe réunissant les deux cartes pourra aussi accueillir deux cartes Nano SIM.

Derrière, on trouve aussi un capteur de 13 millions de pixels et une caméra frontale de 5 millions de pixels.

La 4G répond bien évidemment à l’appel mais le modem n’est malheureusement pas compatible avec la bande des 800 MHz. Maintenant, si vous êtes chez Orange, cela ne changera pas grand chose. On a aussi du WiFi 802.11 ac, du Bluetooth 4.0 et une grosse batterie de 4 000 mAh.

Le constructeur annonce une autonomie de 264 heures en communication et de 60 heures en lecture audio. J’en parlerai davantage dans mon test mais le terminal m’a beaucoup surpris sur ce terrain là. Agréablement surpris.

La version qui m’a été prêtée par Gearbest est la plus chère des deux. Elle intègre 3 Go de RAM et 32 Go de stockage, le tout pour un prix de… 226 $.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 2

Xiaomi rappelle les principales caractéristiques de son téléphone à l’arrière de la boite.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 3

On a un visuel à l’avant de la boite.

Packaging & Accessoires

La boite du terminal est assez commune.

On trouve un visuel à l’avant et quelques caractéristiques à l’arrière. Rien de bien palpitant. Bon, après ce n’est qu’une boite, hein.

Après avoir retiré le capot supérieur, le téléphone apparaîtra sous nos yeux. Il est assez imposant. La documentation et la garantie sont placées dans un compartiment placé en dessous. On trouvera aussi l’ustensile permettant d’ouvrir la trappe du téléphone.

Les accessoires sont au fond de la boîte. Xiaomi a été droit à l’essentiel et il s’est contenté d’inclure le câble de synchronisation et la prise secteur. Pas de kit mains libres, donc, mais cela n’a rien de surprenant compte tenu du prix de l’ensemble.

Il fallait bien faire quelques sacrifices.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 4

Le terminal est doté d’une belle coque en métal.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 5

Le Redmi Note 3 Pro intègre trois boutons sensitifs en façade.

Design & Ergonomie

Le Redmi Note 3 Pro est assez imposant, donc, mais il est aussi lourd et cela n’a rien d’étonnant car il est pourvu d’une coque métallique.

J’avais un peu peur de me retrouver avec un téléphone aux finitions douteuses mais ce n’est pas le cas. Le métal est doux au toucher et l’ensemble inspire confiance.

Les boutons physiques sont regroupés sur le côté droit. On a deux boutons pour le volume et un bouton de mise sous tension. Pas de déclencheur en revanche.

De l’autre côté, on aura la fameuse trappe. Là encore, elle me paraît plutôt robuste et c’est plutôt une bonne nouvelle.

L’écran occupe une bonne partie de la façade et Xiaomi a placé trois boutons sensitifs en dessous pour accéder aux principales fonctions de navigation de la plateforme. Le connecteur est placé sur la tranche inférieure et il n’est pas centré. La prise casque est de l’autre côté, en haut.

A l’arrière, on va trouver le module photo, son double Flash LED et le lecteur d’empreintes digitales ainsi… que le haut-parleur du téléphone. Xiaomi a aussi placé un petit pied afin que le son ne soit pas étouffé lorsque l’appareil est posé sur une surface plane.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 6

Les boutons physiques sont regroupés à droite.

Xiaomi Redmi Note 3 : image 7

Rien à dire sur les finitions.

Premières Impressions

Le Xiaomi Redmi Note 3 Pro m’a beaucoup surpris. Je ne m’attendais pas à me retrouver avec de telles finitions compte tenu de son prix.

Il ne faut effectivement pas oublier que ce téléphone est proposé autour de 200 $, et donc à un prix plus compétitif que celui de la plupart des téléphones positionnés sur le milieu ou même sur l’entrée de gamme.

Reste à savoir ce qu’il vaut sur le terrain. Et là, ce n’est pas compliqué, il faudra attendre mon test. En attendant, si l’aventure vous tente, vous pouvez commencer le terminal en suivant ce lien.