Pro Evolution Soccer compte encore pour Konami

L’éditeur/développeur japonais Konami a récemment communiqué sur ses résultats enregistrés durant l’année fiscale achevée le 31 mars dernier. Et ils sont plus que bons, partiellement aidés en cela par les performances de titres de sport telle que la dernière version en date de la franchise Pro Evolution Soccer.

Sur l’exercice fiscal s’étant terminé le 31 mars 2019, Konami a signé des scores qui ne devraient pas réjouir ceux qui espéraient voir l’entreprise chuter après la mise en placard de licences cultes (Silent Hill, Suikoden) et la déliquescence attendue de la saga Metal Gear. Avec des ventes annuelles lui ayant rapporté 262,5 milliards de yens (2,1 milliards d’euros), soit une augmentation de 9,6% par rapport à l’exercice précédent, Konami est effectivement loin d’avoir dit son dernier mot.

Comme le rapporte VGC, la division Digital Entertainment centrée sur le software compte pour plus de la moitié de ce chiffre. Le bénéfice net dégagé par Konami a été de 34,2 milliards de yens (277,7 millions d’euros, +12,1%), quand son bénéfice opérationnel a été de 50,5 milliards de yens (410 millions d’euros, +11,8%). Sur ce dernier point, il s’agit d’un record, et ce pour la seconde année de suite.

Une année fiscale record pour Konami grâce au football et au baseball

Konami, qui a récemment fêté son 50e anniversaire, a déclaré que son chiffre d’affaires et son bénéfice opérationnel « ont dépassé ceux de l’exercice précédent, car divers titres de séries ont continué de signer de fortes performances, notamment nos séries de football et de baseball au sein du segment Digital Entertainment ».

L’éditeur a salué la réception des derniers titres en date de sa série Professional Baseball Spirits, et pour ce qui est de Pro Evolution Soccer 2019, on a noté un regain d’intérêt au niveau commercial suite à une grosse mise à jour au troisième trimestre. Le mode MyClub continue pour sa part d’enregistrer « de favorables performances ».

Avec cet argent tellement présent qu’il glisse des doigts, Konami pourrait donc se donner les moyens de faire resplendir de nouveau sa franchise footballistique pour son édition 2020, notamment en revoyant son habillage (visuel et sonore) et sa Ligue des Masters en plus de regagner des droits d’exploitation de clubs et de championnats.