Le problème avec Star Wars selon le scénariste de Loki

Lucasfilm et Marvel Studios appartiennent à Disney. Des studios majeurs à qui l’on doit respectivement les productions Star Wars et Marvel, énormes succès dans le monde entier. Ces derniers mois, Marvel a eu droit à plusieurs séries exclusives sur Disney+ : WandaVision, Faucon et le Soldat de l’Hiver et Loki, diffusé depuis le 9 juin. Des programmes dans le sillage de la quatrième phase du Marvel Cinematic Universe (MCU), nouvelle étape de l’univers connecté. Et pour Michael Waldron, scénariste de Loki, Star Wars doit s’inspirer de Marvel et avoir des plans précis. Une déclaration relayée par CBR.

Car pour rappel, les fans de Star Wars ont récemment appris que Lucasfilm a élaboré ses plans petit à petit, au fil de la trilogie sous l’égide Disney.

Crédit : Disney/Lucasfilm

Ce qui peut expliquer pourquoi beaucoup d’amateurs de l’univers imaginé par George Lucas ont été déçus.

Star Wars peut apprendre de la formule bien rodée de Marvel

Certains éléments de la nouvelle trilogie passent mal chez les fans. Si Les Derniers Jedi est sujet de discorde, le choix de J.J. Abrams pour L’Ascension de Skywalker fait aussi grincer des dents. Le cinéaste a fait le choix de faire de Rey, nouvelle héroïne, la petite-fille de Palpatine…

Une filiation que beaucoup ont jugé paresseuse et peu inspirée, faisant revenir un méchant pourtant mort dans la première trilogie. J.J. Abrams avait admis, dans une interview, que le scénario de Star Wars avait été développé petit à petit. Ce qui est le contraire du MCU, qui sait dans quelle direction aller.

C’est ce que confie Michael Waldron, scénariste de Loki, lors d’un podcast. L’homme explique avoir été « impliqué dans beaucoup de projets, la plupart du temps des séries, avec  des idées qui savent où elles vont ». Celui qui à l’on doit la nouvelle série de Disney+ précise que la pandémie l’a aidé à travailler encore mieux, qu’il est devenu clair que « vous devez planifier les choses au maximum, il faut toujours être en mesure de répondre à l’inattendu qui peut venir de nulle part ».

Michael Waldron conclut qu’il « n’y a rien de plus important que de savoir où l’on va », aussi bien dans « le multivers qu’une galaxie très, très lointaine », faisant évidemment référence à Star Wars.