Le procès du King of Snapchat a débuté, l’influenceur poursuivi pour pornographie juvénile

Dylan Demers, connu sous l’appellation « King of Snapchat », fait actuellement face à plusieurs accusations concernant la production et le partage de pornographie juvénile. Il est aussi poursuivi pour leurre informatique.

Selon les informations, les victimes qui ont déposé plainte contre le jeune homme de 23 ans avaient entre 13 et 17 ans lorsque les actes inappropriés ont été commis. Demers n’était pas non plus seul au moment des faits mais avait comme complice Carlos Desjardins qui est aussi influenceur.

Crédits Pixabay

Si Desjardins a plaidé coupable de 15 chefs d’accusation, Demers lui, a tout nié. Desjardins a été condamné à 4 ans et demi de prison, quant à Demers, il est actuellement en plein procès.

Les accusations se suivent

Karine Boivin a été le premier témoin appelé à la barre au cours du procès de Demers. C’est une policière travaillant dans le milieu scolaire. C’est elle qui a lancé les procédures de poursuite après qu’une élève lui ait raconté qu’une vidéo d’elle ayant une connotation sexuelle avait été partagée sur le web. En effet, parmi les vidéos présentées comme pièces à conviction devant la cour, on pouvait y voir une jeune fille sous la douche. Une autre vidéo montre clairement Carlos Desjardins en train de lécher du champagne versé par Dylan Demers sur les fesses de la victime. Le film a été enregistré par Demers lui-même.

Au total, une dizaine de vidéos et 17 photos ont été présentées devant la juge Sandra Rioux lors du procès.

Une autre jeune fille a également déposé une plainte contre Demers. L’adolescente l’aurait rencontré lors d’une fête dans une maison située dans la Haute-Ville de Québec. Elle a raconté qu’elle avait trouvé une jeune fille inconsciente à son arrivée à la fête. Pour l’aider, elle est allée chercher une serviette d’eau froide dans la cuisine. C’est là que Demers est arrivé et a mis sa main sur sa hanche en lui proposant « un trip à trois » avec Desjardins. Après avoir refusé, la plaignante est allée déposer la serviette sur le front de la fille inconsciente puis est partie.

Une autre preuve accablante

La victime de la fête a raconté que l’histoire ne s’était pas terminée là puisque Demers avait encore tenté de communiquer avec elle sur Snapchat après leur rencontre. Cependant, le premier message de l’accusé était plutôt inhabituel puisqu’il lui a envoyé l’image de son pénis.

Actuellement, quatre personnes ont porté plainte contre le King of Snapchat. En plus de leurs témoignages, celui de Carlos Desjardins sera également entendu lors du procès qui durera deux semaines.

Demers compte également témoigner pour sa défense. Selon Richard-Philippe Guay, l’avocat de la défense, son client aurait déclaré qu’il n’acceptait pas que les vidéos et les photos en question puissent constituer de la pornographie juvénile et que leur publication sur les réseaux sociaux pouvait provenir de certains concurrents malintentionnés.

Mots-clés snapchat