Les processeurs d’Intel et AMD interdits dans les ordinateurs gouvernementaux chinois

Ces dernières années, la relation entre la Chine et les Etats-Unis est devenue de plus en plus tendue, et cela se reflète notamment dans le secteur de la technologie. Selon The Financial Times, l’utilisation des processeurs américains fabriqués par Intel et AMD est maintenant interdite en Chine dans les ordinateurs et les serveurs gouvernementaux.

Selon les informations, les agences gouvernementales chinoises devront maintenant utiliser des alternatives domestiques « sûres et fiables » pour remplacer les puces d’Intel et d’AMD. La liste de ces solutions de remplacement comprend 18 processeurs autorisés, incluant ceux de Huawei et de l’entreprise d’Etat Phytium. Les puces de ces deux compagnies sont actuellement interdites aux Etats-Unis.

Processeur
Crédits Pixabay

A part les processeurs, la nouvelle règle s’applique également à Microsoft Windows et aux produits étrangers de gestion de bases de données.

A lire aussi: La loi CHIPS : le programme américain va octroyer 8,5 milliards de dollars à Intel !

Un impact certain sur les deux entreprises

Cette nouvelle règle a été introduite en décembre dernier en Chine. Elle a récemment commencé à être appliquée.

Sur le marché des puces, cette décision pourrait avoir un impact très important sur les finances d’Intel et d’AMD. En effet, rien qu’en 2023, la Chine a représenté 27% des 50 milliards d’euros de revenu d’Intel. Du côté d’AMD, c’est 15% des 21 milliards d’euros. Cependant, on ne connait pas précisément la proportion de l’utilisation des puces d’Intel et d’AMD dans les secteurs public et privé dans le pays.

Une guerre commerciale qui fait rage

Cette décision de la Chine est une des plus agressives dans sa lutte contre l’utilisation de la technologie américaine. Ce n’est pas la première fois que le gouvernement chinois applique des mesures pour réduire la présence des matériels venus des Etats-Unis sur son territoire. L’année dernière, l’Etat a interdit aux entreprises locales de se servir des puces de Micron dans les infrastructures critiques.

Mais de leur côté, les Etats-Unis ne sont pas tendres non plus face à la Chine. Le gouvernement américain a interdit l’utilisation des produits de plusieurs entreprises de technologie chinoises. L’administration de Biden a aussi interdit aux entreprises américaines comme NVIDIA de vendre des puces et des intelligences artificielles à la Chine.

Au niveau international, les Etats-Unis ont des alliés dans leur combat contre l’expansion de la Chine dans le secteur technologique. Récemment, les Etats-Unis, le Japon et les Pays-Bas ont décidé de renforcer le contrôle à l’exportation des machines de lithographie d’ASL, de Nikon et de Tokyo Electron. Mais la Chine se prépare déjà à produire ses propres semi-conducteurs par le biais des compagnies Xiaomi, Oppo, Baidu ou encore Huawei.

SOURCE: Engadget

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.