Projet ODEUROPA ou quand les chercheurs veulent faire revivre les odeurs du passé

L’odorat, cette faculté si importante qui nous permet d’apprécier aussi bien les bonnes senteurs que les mauvaises odeurs peut-il nous servir à revisiter le passé ? La réponse est oui selon les instigateurs d’un projet baptisé ODEUROPA, réunissant des historiens, des parfumeurs, des spécialistes en IA et d’autres chercheurs.

En effet, par le biais de la création de différentes senteurs, cette équipe veut nous offrir l’opportunité de visiter le continent européen en retournant dans le passé pour s’immerger dans les senteurs de la période comprise entre le XVIe et le XXe siècle.

Photo d’Evgeniya Litovchenko. Crédits Pixabay

Que ce soient de bonnes ou de mauvaises odeurs, tout sera inclus dans le catalogue d’ODEUROPA. Et grâce à l’IA, ce projet de 3,32 millions de dollars garantira une expérience unique en son genre, selon ses instigateurs.

Des senteurs qui nous permettront de voyager dans le temps

Selon William Tullett, historien des odeurs à l’Université Anglia Ruskin (Angleterre), les gens veulent avoir l’impression de vraiment être dans le passé quand ils explorent l’histoire et les évènements qui ont façonné notre monde d’aujourd’hui. Et cela tombe bien, grâce au projet ODEUROPA, ils seront servis.

Cela ira par exemple du parfum du romarin, utilisé pour adoucir l’atmosphère à l’époque de l’épidémie de peste noire qui a ravagé l’Europe au XVIe siècle, à l’odeur nauséabonde qui remplissait les champs de bataille à Waterloo en 1815, tout y sera inclus.

L’équipe promet que les internautes pourront prochainement explorer cette collection d’odeurs sur le web. Et grâce à l’IA, on sera à même d’en apprendre davantage sur l’histoire européenne dans 7 langues différentes, à travers les œuvres d’art tout en se délectant de senteurs qui les accompagnent.

Ces archives devront-elles être sous la protection de l’UNESCO

Peter Bell, professeur en sciences humaines numériques à l’Université d’Erlangen-Nuremberg (Allemagne), a précisé que l’équipe d’ODEUROPA veut également mettre au point un « nez informatique » qui permettra à l’ordinateur de différencier les odeurs. Les parfums et les miasmes qui feront partie de cette collection novatrice rappelleront alors de petites superstitions du passé ainsi que de grands moments historiques pour l’Europe.

Outre le fait que le projet ODEUROPA nous permettra d’explorer le passé moyennant un procédé somme toute révolutionnaire, ce qui fait actuellement cogiter William Tullet, un membre de l’équipe qui travaille sur ce projet, c’est si les odeurs peuvent être considérées comme un patrimoine culturel. Si c’est le cas, à ce titre, elles pourront être protégées au même titre que des sites historiques et autres sanctuaires de l’humanité.

Mots-clés projet ODEUROPA