Proud Boys : Facebook interdit les comptes, les pages et les groupes affiliés

Facebook a commencé à bannir les comptes, pages et groupes affiliés aux Proud Boys, un groupe d’extrême droite connu pour propager des discours de haine. Ses membres ont également commis des actes de violence à New York en début d’octobre 2018. Des adhérents ont agressé des manifestants antifascistes devant un club républicain à Manhattan.

Suite à cet incident, Facebook a décidé de supprimer de sa plateforme le groupe ainsi que ses partisans. La nouvelle a été publiée pour la première fois par Business Insider le 30 octobre 2018. Ce retrait a lieu aussi sur Instagram.

De nombreux membres des Proud Boys et des communautés en ligne adjacentes ont commencé à se plaindre de ce bannissement sur Twitter.

Proud Boys : un gang de rue moderne

Le groupe Proud Boys a été formé en 2016 et prend la forme d’un gang de rue moderne. Il a été fondé par Gavin McInnes, cofondateur de Vice Media. Le personnage s’est servi d’internet et des communautés politiques marginales sur le web pour créer une coalition d’hommes à prédominance blanche.

Le groupe défend des causes d’extrême droite comme le nationalisme blanc et soutient également des formes de mouvements politiques répressives.

À l’heure actuelle, la page personnelle du fondateur est toujours active. Cependant, certains nombres de pages, groupes et comptes importants des Proud Boys commencent à disparaître des plateformes sociales de Facebook.

Des membres appréhendés et inculpés

Un représentant de Facebook a déclaré dans un communiqué que la plateforme « continue d’étudier les tendances en matière de discours de haine (…) organisés et collabore avec des partenaires pour mieux comprendre les organisations de haine au fur et à mesure de leur évolution. »

Le porte-parole écrit que le réseau social bannit « ces organisations et ces personnes » de ses plateformes et qu’elle supprime également « les éloges et le soutien » qui leur sont attribués lorsqu’elle en prend connaissance. Le responsable ajoute : « Nous continuerons à examiner le contenu, les pages et les personnes qui enfreignent nos politiques, à prendre des mesures contre le discours de haine et les organisations haineuses pour assurer la sécurité de notre communauté. »

Pour sa part, McInnes a déclaré aux médias qu’il allait contraindre les membres ayant participé aux agressions de New York à se rendre aux forces de l’ordre. Actuellement, certains membres ont déjà été appréhendés par les autorités.

Mots-clés facebook