Proxima Centauri abriterait une planète proche de la taille de la Terre

Le 24 août 2016, les scientifiques ont découvert l’existence de l’exoplanète Proxima b, non loin de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du Système solaire, grâce aux données enregistrées par l’instrument HARPS (High Accuracy Radial velocity Planet Searcher), basé à l’Observatoire La Silla, en Chili. Quatre ans plus tard, une équipe de scientifiques internationaux, dont des chercheurs de l’Université de Genève, a décidé de mener de nouvelles observations pour en apprendre plus sur cette exoplanète.

En 2016, les données fournies par HARPS n’étaient pas très exactes. Cette fois-ci, les chercheurs ont utilisé un instrument plus sophistiqué, dans le cadre d’une étude publiée dans la revue scientifique Astronomy & Astrophysics. Grâce au spectrographe ESPRESSO, ils ont pu confirmer la présence de Proxima b dans la zone habitable de Proxima Centauri.

Crédits Pixabay

Ce qui est intéressant, c’est que la taille de cette exoplanète est très proche de celle de la Terre.

Une étude d’une importance capitale

Au moment de la découverte de Proxima b, HARPS avait pu recueillir des données concernant la vitesse de Proxima Centauri. Cet instrument a noté une perturbation dans la vitesse de l’étoile. À l’époque, les chercheurs ont suggéré que cela était dû à la présence d’une exoplanète.

Si les scientifiques étaient à peu près sûrs de l’existence de Proxima b, ils voulaient en avoir la confirmation. « Il était capital de confirmer l’existence de Proxima b. C’est l’une des planètes les plus intéressantes dans le voisinage de notre Soleil » explique Jonay González Hernández, coauteur de l’étude.

À lire aussi : Proxima Centauri abrite peut-être une deuxième planète

Une planète qui présente des similarités avec la Terre

Proxima b est une exoplanète qui orbite autour de Proxima Centauri, située à environ 4,2 années-lumière. Elle effectue une révolution complète autour de son étoile hôte tous les 11,2 jours. Cette planète rocheuse présente de nombreuses similarités avec la Terre.

Ces ressemblances avec notre planète intriguent beaucoup les scientifiques, comme le souligne Jonay González Hernández.

« Sa masse, similaire à celle de la Terre, le fait qu’elle pourrait abriter de la vie, et sa proximité, en font un candidat idéal dans la recherche de biomarqueurs avec la prochaine génération de télescopes. »

D’après Rory Barnes, un chercheur de l’Université de Washington, Proxima b « pourrait représenter, pour l’humanité la meilleure chance pour rechercher la vie dans les étoiles. »

À lire aussi : Proxima Centauri n’a pas encore révélé tous ses secrets