PlayStation 5 : un ancien de PlayStation pense que Sony “s’est un peu reposé sur ses lauriers”

Chris Granell, qui a fait partie de la maison PlayStation pendant près de quatorze ans, pense qu’avec la PS5, Sony “s’est un peu reposé sur ses lauriers”. Cet ancien du Studio Liverpool avait précédemment évoqué une différence de puissance “assez stupéfiante” avec la Xbox Series X.

Depuis la première PlayStation, qui a eu la Saturn et la N64 comme concurrence, il est de notoriété publique que la puissance ne fait pas tout. Mais vous avouerez que pour l’heure, difficile de s’enthousiasmer pour les titres des futurs PS5 et Xbox Series X, puisqu’on ne sait quasiment rien d’eux. À l’inverse, les fiches techniques des deux machines sont connues et font depuis parler d’elles.

Le logo de la PS5 en noir

Le logo de la PS5 en noir

Chris Grannell a travaillé près de quatorze ans au sein du Studio Liverpool, auquel on doit plusieurs épisodes des franchises Formula One et WipeOut. Celui qui a ensuite officié pour Guerrilla Games s’était exprimé le mois dernier sur la Xbox Series X et la PS5. Disant rapporter la parole de plusieurs développeurs, il indiquait que la différence de puissance entre les deux machines était “assez stupéfiante”. Le reste de son intervention laissait fortement entendre que la console plus ou moins à la traîne ici était du côté de chez Sony.

Avec la PS5, Sony aurait fait une “PS3 bis”

Notre homme a plus récemment approfondi ses propos dans un nouveau RDX Podcast (on remerciera VGC pour la retranscription écrite des grandes lignes).

“La PS5 n’est pas une mauvaise console, c’est une brute en termes de machine, mais c’est juste une machine plus lente sur de nombreux points que ce que Microsoft a mis au point”.

Et Chris Grannell d’avoir réaffirmé le consensus des développeurs avec lesquels la question des consoles de nouvelle génération avait été abordée :

“La machine que Microsoft a conçue est un monstre par rapport à ce que Sony a mis au point”.

L’ancien game designer pour Sony relie ce déficit de puissance à un relâchement de la part du constructeur japonais :

“Je pense que Sony s’est un peu reposé sur ses lauriers. Ils ont une part de marché et une avance énormes et j’ai entendu dire qu’ils ont fait quelque chose se rapprochant de la PS3. Ce n’est pas si mal en termes de matériel, de complications et d’autres choses de ce genre, mais ils n’ont pas vraiment apprécié ce que Xbox allait essayer de faire en matière de puissance”.

Il faut dire que sur la génération actuelle, la PS4 n’a pas réellement eu de rival direct, même lorsque Microsoft a dégainé la console la plus puissante au monde.