Pucelle, une BD pour briser enfin les tabous autour du sexe chez les adolescentes

Disponible en librairies depuis le 15 mai dernier, « Pucelle » est la nouvelle bande dessinée signée Dupré La Tour Florence. Pour de nombreux critiques de la presse, ce serait l’une des meilleures BD de ce début d’année. L’auteure y relate la vie d’une jeune fille qui découvre la sexualité alors qu’elle grandit dans une famille stricte, refusant d’aborder ce sujet considéré comme tabou.

Vivant sa jeunesse entre l’Argentine, la France et la Guadeloupe, la dessinatrice relate son expérience passée avec une pointe d’humour dans son ouvrage.

Crédits Pixabay

Florence confie que le dessin lui permet de traduire des émotions intenses. « La plupart du temps, quand on ressent des choses très fortes, on se met rarement à grimacer et à hurler. On a tendance socialement à se retenir – ce que je faisais. Le dessin me permet de traduire ces mouvements internes et intimes très violents. »

Quand le sujet tabou se conte avec humour et naturel

Après « Cruelle » qui fut également publié chez Dargaud en 2016, « Pucelle » est la deuxième œuvre de Florence Dupré La Tour sur son enfance. Comme dans son premier titre, l’auteur raconte effectivement sa tendre enfance, passée dans une banlieue de Buenos Aires, dans sa nouvelle bande dessinée. Mais cette fois, elle a décidé d’aborder un tout autre sujet qui était considéré comme tabou dans sa famille chrétienne, à l’éducation dix-neuviémiste : la sexualité d’une adolescente.

Ce récit autobiographique, à la fois poignant et direct, s’habille d’une bonne dose d’humour et de dessins ronds et minimalistes. Une note de légèreté qui a permis à l’ouvrage de faire effet sur les lecteurs et la presse.

Ces éléments ont en effet permis à l’auteure de conter de façon humoristique, mais avec naturel et vérité, son passage à la puberté qu’elle devait garder pour elle à l’époque. « On met tout dans une boîte, on ferme à clef et surtout on n’y pense pas », s’amuse-t-elle, alors que la boîte est désormais présentée sous la forme d’une bande dessinée accessible à n’importe qui.

La sexualité : un sujet tabou au sein de la famille de la jeune fille

Florence Dupré La Tour raconte dans sa nouvelle BD que son père était très peu présent dans son enfance. Ce dernier exerçait une autorité tyrannique sur sa mère, qui était habituée à ne pas discuter les ordres. Dans cet environnement, la jeune fille n’avait donc aucune idée du fonctionnement de son corps.

Lorsque sa mère évoqua, à l’occasion d’un dîner, la nuit de noces épouvantable d’une grand-tante alarmée parce que son mari voulait lui enlever sa culotte, la famille entière fut prise d’un fou rire. Seulement, Florence ne saisissait même pas la drôlerie de la situation. Ainsi, les rares informations qu’elle a réussi à obtenir sur le sujet tabou lui ont donné des idées totalement fausses sur la sexualité.