Microsoft se détache d’Intel et conçoit ses propres puces ARM

Actuellement, Qualcomm, AMD et Intel sont les grands noms dans la fourniture de puces et de matériels informatiques. Toutefois, certaines entreprises semblent être décidées à se passer de leur emprise, c’est le cas notamment de Microsoft qui se lance dans la conception des propres processeurs ARM pour les serveurs et le futur appareil Surface.

D’après le rapport de Bloomberg News, les processeurs seront non seulement basés sur des conceptions ARM mais ils seront également utilisés sur les serveurs des services cloud Azure de Microsoft.

Crédits Pixabay

Par ailleurs, Microsoft serait également en train de tester l’utilisation d’une autre puce pour ses appareils Surface mais rien n’indique sur cet essai aboutira ou non.

Microsoft n’en est pas à son premier essai

Il est à noter que Microsoft utilise actuellement des processeurs Intel dans la majeure partie de ses service cloud Azure et des puces Intel sont également utilisées dans la plupart de la gamme Surface de l’entreprise. Toutefois, le géant des logiciels a exprimé une volonté de prendre ses distances avec ce fournisseur en liant des partenariats avec AMD et Qualcomm pour concevoir des puces personnalisées pour ses appareils Surface Laptop 3 et Surface Pro X.

De plus, Microsoft a déjà co-conçu un processeur SQ1 basé sur ARM pour la Surface Pro X en 2019 et a poursuivi sur sa lancée avec une variante SQ2 sortie il y a quelques mois. L’entreprise a également collaboré avec AMD pour créer une version plus personnalisée du processeur Ryzen pour le Surface Laptop 3, nous rapporte The Verge

Microsoft veut investir dans ses propres capacités

Pour rappel, la situation actuelle est que les puces de serveur d’Intel dominent le marché des serveurs et les serveurs ARM ne représentent, pour l’instant, qu’une petite partie du marché. Néanmoins, de plus en plus d’entreprises comme Microsoft et Apple s’y intéressent en raison justement de ses performances plus élevées et des coûts avantageux qu’ils offrent.

Contacté par The Verge, Frank Shaw, le responsable des communications de Microsoft a pris soin de ne pas nier ni confirmer ces informations. Il a néanmoins déclaré que le silicium est un élément fondamental de la technologie et que Microsoft continue d’investir dans ses propres capacités « dans des domaines tels que la conception, la fabrication et les outils tout en encourageant et en renforçant les partenariats avec un large éventail de fournisseur de puces ».

Mots-clés armintelmicrosoft