Pyramide de Khéops : une nouvelle révélation sur la cavité

Depuis la fin de l’année 2015, l’équipe de ScanPyramids essaie de démêler les mystères de la Pyramide de Khéops. En 2017, les archéologues assignés à cette mission scientifique franco-égyptienne ont découvert la présence d’un espace vide, appelé « ScanPyramids Big Void ou SP-BV », situé au cœur du monument, au-dessus de la Grande Galerie.

À cette époque, les archéologues pensaient que cette cavité était longue de 30 m.

La Pyramide de Khéops

Crédits Pixabay

En poursuivant les recherches, les scientifiques de l’université du Caire et de l’institut HIP (Héritage-innovation-préservation) ont constaté que le Big Void est encore plus grand. En utilisant la technique de la muographie, ils ont déduit qu’il est long de 40 m, et haut de 60 m à 70 m.

La muographie est une technique révolutionnaire qui consiste à analyser les flux de muons pour « radiographier » des monuments en profondeur. Elle permet de repérer les zones denses et les parties vides.

Des indices qui ne font qu’accentuer le mystère

Notons que le Big Void est, donc, presque aussi grand que la Grande Galerie, dont la longueur est de 47 m. L’Égyptologue français Jean-Pierre Corteggiani avait émis l’hypothèse selon laquelle la cavité mystérieuse serait ce que l’on appelle « une chambre de décharge ».

Une chambre de décharge est une sorte d’espace vide destiné à réduire le poids du haut de la pyramide qui s’écrase sur la Grande Galerie. Selon sa théorie, le grand vide serait incliné et situé à 1 m au-dessus de cette dernière.

Cependant, les chercheurs de ScanPyramids ont déduit qu’une distance de 10 à 15 m sépare l’espace vide de la Grande Galerie. Après avoir effectué des simulations informatiques pour vérifier l’hypothèse de Corteggiani, ils ont conclu que, à cette distance, le rôle de « décharge » ne tenait plus.

L’endroit où la dépouille de Khéops est cachée ?

Mehdi Tayoubi, coordinateur de la mission ScanPyramids, a confié que la technique de la muographie, aussi innovante soit-elle, ne suffit pas pour explorer en précision l’intérieur de la pyramide. Il a préconisé de tester d’autres méthodes, comme la microgravimétrie.

À l’époque de la découverte, Zahi Hawass, l’ancien ministre égyptien des Antiquités, se montrait plutôt septique. Pourtant, récemment, il a annoncé qu’il valide l’existence de la chambre mystérieuse. Il a même déclaré que le Big Void pourrait dissimuler la dépouille tant recherchée de Khéops.

Mots-clés archéologie