QAnon entre au Congrès américain

La nouvelle est tombée le mardi 3 novembre 2020. Marjorie Taylor Greene, une candidate pro-Trump, a été élue au Congrès américain. Cette dernière a officialisé la nouvelle à travers le tweet suivant : « Grande victoire ce soir ! » Marjorie Taylor Greene prendra ses fonctions au sein de la Chambre des représentants le 3 janvier 2021.

Donald Trump s’est réjoui de cette nouvelle et a félicité la républicaine de 46 ans sur Twitter : « Marjorie est solide à tous égards et elle n’abandonne jamais – une vraie gagnante ! » Il faut toutefois noter que l’élection de Marjorie Taylor Greene au Congrès américain est assez controversée.

Crédits Unsplash

Par le passé, cette dernière a fait parler d’elle en soutenant le mouvement complotiste QAnon.

Un mouvement à l’origine de graves accusations

QAnon n’est plus à présenter aux Etats-Unis. Les membres de ce mouvement complotiste croient dur comme fer que le pays de l’Oncle Sam est dirigé par une organisation secrète de pédophiles satanistes. D’après eux, cette organisation regrouperait des personnes de pouvoir comme les Clinton, les Obama, George Soros, les Rothschild ou encore des stars d’Hollywood.

Le mouvement QAnon véhicule l’idée selon laquelle Donald Trump lutterait activement contre cette organisation secrète. Il a vu le jour en 2017 à l’initiative d’un internaute qui se fait appeler Q et qui a diffusé sa théorie conspirationniste sur la toile.

A lire aussi : Patreon met aussi des bâtons dans les roues de Qanon

Une élue qui croit aux théories du complot ?

Après l’annonce de l’élection de Marjorie Taylor Greene, certains propos controversés qu’elle a tenus par le passé ont refait surface sur la toile. Les médias ont notamment rappelé que la républicaine avait offert son soutien au mouvement QAnon en 2017.

Marjorie Taylor Greene avait présenté le fameux « Q » comme un patriote. Elle s’est ensuite déclarée en faveur du mouvement QAnon. A l’époque, elle avait affirmé que « c’est l’occasion d’une vie d’éliminer cette cabale mondiale de pédophiles satanistes, et je pense que nous avons le président qu’il faut pour cela. » Mais cela ne s’arrête pas là. L’élue républicaine a tenu des propos qui ont choqué la communauté afro-américaine. Elle a affirmé que le racisme n’existait plus et que les blancs sont « le groupe le plus maltraité aujourd’hui aux États-Unis. »

A lire aussi : Instagram prend des mesures contre les conspirationnistes de Qanon

Pour redorer son blason, Marjorie Taylor Greene s’est éloignée du mouvement QAnon en août 2020 et a indiqué que ses membres étaient mal informés.

Mots-clés qanon