Grâce à Qualcomm, votre prochain téléphone se rechargera en 35 minutes

Qualcomm vient de lever le voile sur une nouvelle technologie qui risque de changer beaucoup de choses dans notre vie numérique. Le Quick Charge 3.0 est effectivement capable de recharger la batterie d’un téléphone en… un peu plus de trente-cinq minutes. Oui, vous avez bien lu et non, ce n’est pas du tout une plaisanterie.

Cette nouvelle version du Quick Charge est très exactement 38% plus efficace que la génération précédente. Elle n’a ainsi besoin que d’une demie heure pour recharger la batterie d’un smartphone à 80%.

Quick Charge 3.0

Qualcomm vient de lever le voile sur une nouvelle techno très prometteuse : le Quick Charge 3.0.

Pour parvenir à ce résultat, le célèbre fondeur s’est appuyé sur un algorithme que certains d’entre vous connaissent peut-être : l’INOV, pour Intelligent Negotiation for Optimum Voltage.

Le Quick Charge 3.0 s’appuie sur un nouvel algorithme pour évaluer avec précision la puissance à envoyer au smartphone

Comment fonctionne-t-il ? En réalité, c’est assez simple. Cet algorithme va tout bonnement permettre au chargeur de déterminer avec précision la puissance à envoyer au smartphone pour en maximiser l’efficacité.

Qualcomm ne détaille malheureusement pas le procédé.

Mais ce n’est pas la seule particularité du Quick Charge 3.0. Cette version supporte aussi davantage de tensions que son prédécesseur et le chargeur peut ainsi régler précisément la tension idéale pour optimiser la charge de la batterie.

Comme un bonheur ne vient jamais seule, cette technologie supporte aussi la plupart des connecteurs du marché et elle peut ainsi fonctionner avec de l’USB de type A ou C, mais aussi avec du Micro USB et même avec certaines prises propriétaires.

Attention cependant car tous les processeurs du marché ne pourront pas forcément en profiter. En réalité, seule la prochaine génération est concernée, soit le Snapdragon 820, le Snapdragon 620, le Snapdragon 618, le Snapdragon 617 et le Snapdragon 430.

Cela veut aussi dire qu’il faudra attendre l’année prochaine pour voir arriver les premiers terminaux à en profiter.

Via