Quand Adobe part en guerre contre un tweet comprenant un lien pointant vers un vieux logiciel

On a déjà tous entendu parler des demandes de retrait que les artistes et les entreprises basés aux Etats-Unis déposent auprès du tribunal lorsque quelqu’un utilise une de leurs œuvres ou un de leurs produits sans autorisation. Il s’agit de demandes DMCA ou Digital Millenium Copyright Act suivant les lois américaines.

Dernièrement, c’est Adobe qui a eu recours à ces demandes de retrait DMCA mais pour une raison assez insolite. Le 6 mars dernier, le géant des logiciels a en effet demandé le retrait de trois tweets, ainsi que plusieurs liens postés sur la plateforme Twitter.

Crédits PIxabay

Parmi ces tweets, il y en avait un qui redirigeait les utilisateurs vers un site où ils pouvaient télécharger une version vieille de 27 ans du lecteur de PDF de la compagnie. C’est le chercheur en sécurité Mikko Hypponen qui était responsable du tweet en question et selon lui, le vieux logiciel dont on parle ici est une version MS-DOS d’Acrobat Reader.

D’après les informations, lorsque Hypponen a reçu la demande DMCA, il s’est mis à rire face à l’action d’Adobe qu’il jugeait n’avoir aucun sens.

Un robot derrière l’affaire

Le plus insolite dans cette histoire, c’est le fait qu’Adobe n’a pas demandé à Twitter de retirer le tweet original de Hypponen. La publication qui a été supprimée a en fait été un post publié par un des robots utilisés par le chercheur. L’on sait que la machine était programmée pour repartager certains des anciens posts de Hypponen.

Après la violation des droits d’auteur commise par le robot, celui-ci a été déconnecté entièrement mais de façon temporaire. C’est d’ailleurs à cause de cela que Hypponen a eu vent de la demande DMCA.

A lire aussi : Fin de partie pour Adobe Flash

Une compagnie susceptible

L’on sait que le robot de Hypponen a fini par être rallumé après que le tweet qui a causé tant de problèmes à Adobe ait été supprimé. On espère pour le robot qu’il n’y a pas d’autres tweets sensibles qui risquent de refaire surface.

Ce n’est pas la première fois que l’on entend parler d’entreprises ou d’artistes envoyant des demandes DMCA. Toutefois, il arrive que ces demandes ne soient pas tout à fait justes ou ne sont pas vraiment nécessaires. Dans ce cas-ci, que pensez-vous de cette action d’Adobe ?

Mots-clés twitter