Quand des complotistes menacent les employés de YouTube

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la vie pour un employé de YouTube n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Récemment, les salariés de la plateforme de vidéo ainsi que sa dirigeante, Susan Wojcicki, ont fait l’objet de menaces de mort venant d’un complotiste et cyberstalker du nom de William Gregory Douglas.

Heureusement, les choses ont rapidement été prises en main par le FBI qui a arrêté Douglas le 24 septembre 2018 avant qu’il ne mette ses menaces à exécution. D’après les informations, le coupable aurait commencé à menacer les employés de YouTube le 23 août 2018, lorsque sa chaîne connue pour répandre des vidéos de théories conspirationnistes a été supprimée par les administrateurs de la plateforme.

YouTube

William Gregory Douglas a comparu à la cour le lendemain de son arrestation et a été jugé pour cyber harcèlement et menace de mort.

Un adepte des théories du complot

Le coupable est connu pour être un fervent adepte des théories du complot et notamment du Pizzagate qui prétend qu’il existe un réseau de pédophile dans l’entourage de l’ancien directeur de campagne d’Hillary Clinton, John Podesta. Une théorie qui aurait été montée de toute pièce en se basant sur diverses interprétations et constructions incluant une pizzeria et des mails privés divulgués par WikiLeaks.

Depuis que YouTube a renforcé sa politique pour empêcher la propagation de ce genre d’informations, de nombreuses chaînes ont été supprimées de la plateforme notamment celle du célèbre conspirationniste Alex Jones. Toutefois, en ce qui concerne William Gregory Douglas, la raison exacte de la suppression de sa chaîne n’a pas été dévoilée.

Menace de fusillade

Douglas a posté ses menaces via Twitter. Dans les tweets qui ont déjà été supprimés, on pouvait lire « Je tuerais les 100 employés de YouTube. » ou « Si vous vous voulez de plus grandes pertes, je peux vous arranger ça, comprenez par là une fusillade. »

Il a ensuite enchaîné en écrivant « Je vous conseille de rouvrir ma chaîne avant que quelqu’un d’autre que moi ne vienne vous tuer. » Le 17 septembre 2018, il s’est directement adressé à la dirigeante de YouTube, Susan  Wojcicki : « Susan, je viens vous chercher aujourd’hui #priez. »

William Gregory Douglas n’est pas le premier à vouloir se venger de YouTube. En avril dernier, un créateur de contenu du nom de Nasim Aghdam avait ouvert le feu dans les bureaux de la plateforme. Il avait blessé 3 employés avant de se donner la mort.

Mots-clés youtube