Quand des fossiles d’insectes vieux de 99 millions d’années révèlent leurs vraies couleurs

Chez les animaux, que ce soit chez les d’insectes ou chez d’autres animaux, les couleurs ne sont pas simplement décoratives, mais jouent un rôle important dans la chasse, la sexualité ou encore le camouflage.

Toutefois, si la couleur est aisément reconnaissable chez les animaux de notre époque, il n’en est pas de même pour les espèces préhistoriques, comme chez les fossiles d’animaux ou chez les espèces éteintes, par exemple. La restitution des couleurs, précisément dans ces cas, ne se base que sur l’inspiration d’un artiste, jusqu’à maintenant.

Quand des fossiles d’insectes vieux de 99 millions d’années révèlent leurs vraies couleurs

Photo d’Erik Karits. Crédits Pixabay.

Cette fois, grâce à la découverte de 35 pièces d’ambre du Crétacé, vieilles de 99 millions d’années, dans une grotte du nord du Myanmar, des chercheurs du Nanjing Institute of Geology and Palaeontology Chinese Academy of Science (NIGPAS) ont pu connaître les vraies couleurs de plusieurs insectes de cette ère.

Les insectes restés dans cette résine ont conservé leurs couleurs

Parmi les insectes fossilisés dont la teinte ne s’est pas détériorée au fil du temps, nous pouvons énumérer des guêpescoucou, des coléoptères ainsi qu’une mouche soldat.

Concernant les guêpes-coucou, elles avaient des couleurs brillantes bleuâtre-vertes, vertes jaunâtres, bleues violacées ou juste vertes. Des détails chromatiques visibles sur la tête, le thorax, l’abdomen et  sur les pattes.

Le Dr Cai Chenyang, professeur agrégé au NIGPAS et à la tête de cette étude, a précisé que les guêpes-coucou modernes et celles du Crétacé ont presque les mêmes couleurs.

Du côté des coléoptères, ils étaient bleus et violets. Enfin, la mouche soldat du Crétacé disposait d’une teinte métallique verte.

À lire aussi : Le mystérieux fossile de l’Antarctique a été identifié

On peut être reconnaissant envers l’ambre qui a piégé ces insectes

Huang Diying, professeur à la NIGPAS, n’a pas manqué de préciser la rareté de ce type de qualité de conservation. Cette couleur, préservée sur des fossiles, est nommée « couleur structurelle ». Les caractéristiques microscopiques de la cuticule des insectes y jouent un rôle très important.

C’est ainsi que les fossiles d’insectes dont les couleurs n’ont pas été conservées – grâce à l’ambre dans ce cas – et qui deviennent brun ou noir, ont vu leurs structures cellulaires de surface se détériorer, selon les scientifiques.

Pour le prouver, les chercheurs ont découpé un morceau de l’exosquelette de deux des guêpes-coucou fossilisées, grâce à un couteau pourvu d’une lame en diamant, afin de les comparer à un échantillon de cuticule d’un insecte contemporain.

Après observation avec un microscope électronique, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que ces insectes fossilisés ont gardé la même couleur, de leur vivant durant le Crétacé, jusqu’à leur découverte, aujourd’hui.

À lire aussi : La NASA va envoyer un robot sur Mars pour analyser de possibles fossiles