Quand des politiciens se font avoir par une vidéo deepfake

L’IA peut nous simplifier la vie lorsqu’elle est bien utilisée, mais elle peut aussi nous la compliquer lorsque la technologie tombe entre de mauvaises mains. La preuve par l’exemple avec cette histoire improbable.

Leonid Mikhailovich Volkov est né en 1980. Après avoir fait carrière dans le secteur de l’informatique, il s’est découvert une passion pour la politique et il a ainsi occupé le poste de chef de cabinet sur la campagne d’Alexei Navalny pour l’élection présidentielle russe de 2018.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre
Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Alexei Navalny qui est aussi actuellement le principal opposant à Vladimir Poutine, l’actuel président de la Russie.

Quand un petit plaisantin se fait passer pour un politicien russe

Quel est le rapport avec la technologie deepfake, me direz-vous ? Il est finalement assez simple.

Si l’on en croit les informations rapportées par le NL Times, alors la commission des affaires étrangères du parlement néerlandais se serait entretenue longuement avec Leonid Volkov lors d’un appel vidéo… du moins c’est ce qu’elle pensait.

Car en effet, ce n’était pas réellement Leonid Volkov qui était présent lors de cet échange, mais un imposteur se faisant passer pour lui. Un imposteur ayant fait appel à une IA pour se grimer numériquement et prendre les traits du politicien.

La Chambre des représentants des Pays-Bas, de son côté, a confirmé l’information, tout en précisant qu’elle était proprement indignée par la supercherie et qu’elle mettra tout en oeuvre pour éviter qu’un tel incident ne se reproduise.

La technologie deepfake, une menace pour la diplomatie ?

Dans ce cas précis, l’appel n’a eu aucun impact sur le plan politique, mais la facilité déconcertante avec laquelle la commission des affaires étrangères s’est fait duper reste préoccupante.

Il n’y a d’ailleurs pas que les politiciens qui se font facilement avoir. Le mois dernier, nous vous avons effectivement rapporté l’histoire de cette influenceuse japonaise qui s’est en réalité révélée être un homme âgé d’une cinquantaine d’années. Un homme qui a utilisé la technologie deepfake pour se faire passer pour une autre personne.

Mais alors, comment faire pour lutter contre cette technologie ? Eh bien les chercheurs du SUNY Buffalo semblent tenir un début de piste. Ils ont en effet expliqué dans une étude récente avoir conçu un outil capable de détecter des deepfakes avec une précision de 94 % en se focalisant sur les reflets des yeux des personnes apparaissant sur les photos ou vidéos.

Mots-clés deepfake